Archives mensuelles : février 2020

Le club d’avion en visite

Jacques, un ami de longue date, est venu nous rendre visite en Floride.
Quelques jours avant son arrivée, la météo était simplement exécrable.Un temps à ne même pas mettre une grenouille dehors.Afin de préparer sa visite dans les meilleures conditions possibles, nous avons prévu un tour de Shopping dans les nouvelles boutiques à la mode.
Ils y proposent des produits miracles à base de CBD et THC.Manquant d’enthousiasme pour les produits dérivés du Cannabis, Jacques et son épouse sont venus s’informer sur les beautés de la Libre Entreprise.Tous deux se sont laissés séduire et ont pris une participation active dans son développement.Tout séduits qu’ils étaient, il leur restait à prendre la route pour prêcher la Bonne Parole.C’est déterminés qu’il ont pris la route, prêts à convaincre les infidèles que nous, les pilotes certifiés train rentrant, hélice à pas variable et plus de 250CV, nous savons, et pas seulement de Marseille, tenir la tenir, la route.

124(1)

Russia / USA – English

February 22, 2020

At the end of 2019, a long biographical documentary about Mikhail Khodorkovsky was released. You are more than likely not familiar with this name. This is not abnormal, because you have few reasons to be interested in the political life of post-USSR Russia. That said, the arrival of an atypical politician at the White House, a politician who, to remain polite, shines the boots of the current President of Russia for no apparent reason, this relationship between these two politicians will have pushed me into the theater where the documentary ” Citizen K” is screened .

This film funded by Amazon, the company of Jeff Bezos, the richest man in the USA, is a defense of Mikhail Khodorkovsky. This documentary is also a delightful indictment of Vladimir Putin and his regime.

Looking back over your shoulder

Autocratic regimes, Soviet in the USSR, Nazi from 1933 in Germany, Fascist in Musolinian Italy; these regimes negate checks and balances and therefore they offer the comfort of the absence of criticism and or sanction. These regimes dream of being eternal. Fortunately with the wear of time, through a decisive military defeat or an institutional overthrow, the dreamed eternity shows its limits.

At the end of 1989, the fall of the Berlin Wall announced the end of the myth of the march towards Communism through the dictatorship of the proletariat. Marxism-Leninism was no longer desirable. The secretary general of the Communist Party of the USSR understood it. He opened a desired peaceful transition to a democracy. At this very moment, capitalist democracy was more in line with the aspirations of the peoples of Eastern Europe than Communism. In the beginning this transition seemed to be able to progressively evolve under the leadership of Mikhail Gorbachev. Unfortunately  the supporters of the former Soviet regime attempted a military coup. This failed coup did put an end to a transition that everyone hoped to be gradual towards a peaceful democracy .

The defeat of this military coup linked to the apparent weakness of Gorbachev, will have pushed on the front stage a populist careerist of the Communist Party, Boris Yeltsin. The latter will take advantage of Gorbachev’s weakness to take power and he will launch, without restraint, the privatization of the economy. The chosen method, a method which it is impossible to describe within the framework of this article, this privatization allowed a restricted number of insiders from the seraglio to confiscate the privatization vouchers offered to the public. This phase of privatization, uncontrolled by democratic bodies, will concentrate in the hands of a few oligarchs, the entire profitable economy of the former USSR. Mikhail Khodorkovsky is one of the gangsters who, through the bank he created, took control of the oil company YUKOS.

The documentary Citizen K part one

The first part of the documentary describes the rise of Mikhail Khodorkovsky without hiding the mafia aspects of his rise to a financial fortune. The documentary then attempts to legitimize this capture of wealth by highlighting the management methods of Mikhail Khodorkovsky. The aim of this management was to give the YUKOS company a form of management in accordance with Western capitalist canons. The restructuring of the company offered to the stock holders a way to enter the western stock markets. This introduction valued the company at a high value and thus allowed Mikhail Khodorkovsky, the main shareholder, to become the richest man in the new Russia.

While Mikhail Khodorkovsky strengthened his company and his fortune, Vladimir Putin, by using his position at the head of the Russian state, was enriched by buying at low prices, via shell companies, oil extraction rights that he sold at a high price.

Taking advantage of his immense wealth, Mikhail Khodorkovsky chose to enter politics through the door of the economy. Having created his fortune in a mafia jungle, he now wishes to give himself an image of defender of democracy and champion of the fight against corruption. In fact, by offering a more moral political alternative, he is trying to open a path towards a democratic takeover and overthrow the mafia that revolves around Vladimir Putin.

Sure of his fact, thinking he had the support of public opinion, he attacked Putin’s power head on. At this very moment the narration switches. Putin, who is holding the justice system of the Russian state, imprisons Khodorkovsky for tax evasion and takes the opportunity to appropriate YUKOS. The imprisonment of Khodorkovsky into Siberian prisons will last nine years. He will be released and expelled to Germany under pressure from Angela Merkel but also, and probably above all, to heal the image of the Kremlin on the occasion of the Sochi Olympic Games.

Citizen K documentary part two

The second part of the documentary is mainly filmed in London. It consists of a long interview with the exiled Khodorkovsky in which he explains his objective of overthrowing Putin’s kleptocracy and replacing it with a democracy. By choosing to finance people and opposition groups to Putin, Khodorkovsky gives himself the beautiful role of the humanist defender of democracy. Incidentally he explains that his personal fortune allows him to do so, that this objective is just and virtuous. As he is both rich and patient, Khodorkovsky expresses his certainty that in the end history will prove him right.

What about similarities found in the 2020 America

At the end of February 2020, America is experiencing, as it occurs every four years, the fever of the campaign for the presidential election. The current president, president whose mode of corrupt populist governance resembles that of his Kremlin counterpart, finds on his way a self-made billionaire, Michael Bloomberg. Michael Bloomberg spends his personal money without counting for the nomination as the candidate of the Democratic party. If as of today Bernie Sanders, a social democrat (in the European sense) a socialist-communist (in the sense of the US far-right), leads the race to the nomination, the November election could well show a contest between a bankrupt ex-billionaire and a real billionaire who managed to buy access to the election.

For both Russia and the USA, it is not reassuring to think that money powers the defense of democracy, even if the two oligarchs Khodorkovsky and Bloomberg show virtue. If money becomes the only mean of gaining power, the death of Democracy is not far away. That said, France, despite a law which limits the budgets of electoral campaigns, is not free from reproaches. The campaign accounts of a former president have been refused by the Court of Auditors. The faulty president has still not been sanctioned.

And you, what do you think. Share your thoughts by clicking here .

268(0)

Russie / USA – V.F.

22 février 2020

En cette fin d’année 2019 est sorti un long documentaire biographique sur Mikhail Khodorkovsky. Il est plus que probable que ce nom ne vous est pas familier. Ce n’est pas anormal, car il existe peu de motifs pour s’intéresser à la vie politique de la Russie post URSS. Cela dit, l’arrivée d’un politicien atypique à la Maison Blanche, politicien qui, pour rester poli, cire sans bonnes raisons apparentes les pompes de l’actuel président de la Russie, cette relation entre ces deux politiciens m’aura poussé dans la salle où est projeté le documentaire “Citizen K“.

Ce film financé par Amazon, la société de Jeff Bezos, l’homme le plus riche des USA, est une défense de Mikhail Khodorkovsky. Ce documentaire est aussi une réjouissante mise en accusation de Vladimir Putine et de son régime.

Petit retour en arrière

Les régimes autocratiques, soviétique en URSS, nazi à partir de 1933 en Allemagne, fasciste en Italie musolinienne, dans ces régimes la négation des contre-pouvoirs offre le confort de l’absence de critique et ou de sanction. Ces régimes se rêvent éternels. Heureusement avec l’usure du temps, par le biais d’une défaite militaire décisive ou d’un renversement institutionnel, l’éternité rêvée montre ses limites.

En fin 1989, la chute du Mur de Berlin annonce la fin du mythe de la marche vers le Communisme à travers la dictature du prolétariat. Le Marxisme-Léninisme ne faisait plus rêver, le secrétaire général du PC de l’URSS l’avait compris. Il a ouvert une transition souhaitée pacifique vers une démocratie plus conforme aux aspirations des peuples de l’Europe de l’est. Si au départ cette transition semblait pouvoir évoluer progressivement sous la conduite de Mikhaïl Gorbatchev, les tenants de l’ancien régime soviétique ont tenté un coup d’état militaire qui aura mis un terme à une transition que l’on espérait progressive vers une démocratie apaisée.

La mise en échec de ce putsch militaire liée à la faiblesse apparente de Gorbatchev, auront poussé sur l’avant scène un populiste carriériste du PC, Boris Eltsine. Ce dernier profitera de la faiblesse de Gorbatchev pour prendre le pouvoir et il lancera, sans aucune retenue, la privatisation de l’économie. La méthode choisie, méthode qu’il est impossible dans le cadre de cet article de décrire, cette méthode donc aura permis à un nombre restreint d’aigrefins du sérail de détourner à leur profit les bons de privatisation offerts au public. Cette phase de privatisation, incontrôlée par les organes démocratiques, concentrera dans les mains de quelques oligarques l’ensemble de l’économie profitable de l’ex URSS. Mikhail Khodorkovsky est l’un de ces gangsters qui, à travers la banque qu’il a créée, a pris le contrôle que la société pétrolière YUKOS.

Le documentaire Citizen K première partie

La première partie du documentaire décrit la montée en puissance de Mikhail Khodorkovsky sans cacher les aspects mafieux de son ascension. Le documentaire tente ensuite de légitimer cette captation de richesses en soulignant les modes de gestion de Mikhail Khodorkovsky. Cette gestion avait pour objectif de donner à la société YUKOS une forme de management conforme aux canons capitalistes occidentaux. Les aléas du prix du pétrole, ont offert aux dirigeants de la société une voie qui leur a ouvert l’entrée dans les marchés boursiers occidentaux. Cette introduction aura valorisé la société à une valeur élevée et ainsi permis à Mikhail Khodorkovsky, l’actionnaire principal, de devenir l’homme le plus riche de la nouvelle Russie.

Pendant que Mikhail Khodorkovsky renforçait sa société et sa fortune, Vladimir Putine, en utilisant sa position à la tête de l’état russe, s’enrichissait en achetant à bas prix, via des sociétés écran, des droits d’extraction de pétrole qu’il revendait au prix fort.

Profitant de son immense richesse, Mikhail Khodorkovsky choisit d’entrer en politique par la porte de l’économie. Ayant créé sa fortune dans une jungle mafieuse, il souhaite se donner une image de défenseur de la démocratie et de champion de la lutte anti-corruption. En fait, en offrant une alternative politique plus morale, il tente de s’ouvrir une voie vers une prise de pouvoir démocratique et renverser la mafia qui gravite autour de Vladimir Putine.

Sûr de son fait, pensant disposer du soutien de l’opinion publique, il attaque le pouvoir de front. C’est alors que la narration bascule. Putine qui tient en main la justice de l’état russe emprisonne Khodorkovsky pour fraude fiscale et en profite pour s’approprier YUKOS. La mise à l’écart de Khodorkovsky dans les prisons sibériennes durera neuf années. Il sera libéré et expulsé vers l’Allemagne sous la pression d’Angela Merkel mais aussi, et probablement surtout, pour soigner l’image du Kremlin à l’occasion des Jeux Olympiques de Sotchi.

Le documentaire Citizen K seconde partie

La seconde partie du documentaire est essentiellement filmée à Londres. Elle consiste en une longue interview de Khodorkovsky dans laquelle il expose son objectif de renverser la kleptocratie de Putine pour la remplacer par une démocratie. En choisissant de financer les personnes et groupes d’opposition à Putine, Khodorkovsky se donne le beau rôle de l’humaniste défenseur de la démocratie. Incidemment il explique que sa fortune personnelle le lui permet, que cet objectif est juste, pour ne pas dire vertueux. Comme il est à la fois riche et patient, Khodorkovsky exprime sa certitude qu’en fin de compte l’histoire lui donnera raison.

Et l’Amérique dans tout ça

En cette fin février 2020 l’Amérique vit, comme tous les quatre ans, la fièvre de la campagne pour l’élection présidentielle. L’actuel président, président dont le mode de gouvernance populiste corrompue ressemble à s’y méprendre à celui de son homologue du Kremlin, trouve sur son chemin un milliardaire self-made man, Michael Bloomberg. Celui-ci dépense sans compter ses deniers personnels en vue d’obtenir la nomination du parti Démocrate. Si au jour de la rédaction de cet article Bernie Sanders, un social démocrate (au sens européen) un socialo-communiste (au sens de la droite US), tient la corde de la nomination, l’élection de novembre pourrait bien voir s’opposer un ex milliardaire failli à un vrai milliardaire qui aura réussi à acheter l’accès à l’élection.

Tant pour la Russie que pour les USA, il n’est pas rassurant de penser que l’argent se cache derrière la défense de la démocratie, même si les deux oligarques Khodorkovsky et Bloomberg font montre de vertu, cet argent devient l’unique moyen d’accéder au pouvoir. Cela dit, la France, malgré une loi qui limite les budgets des campagnes électorales, n’est pas exempte de reproches. Les comptes de campagne d’un ancien président ont été refusés par la Cour des Comptes, le président fautif n’a toujours pas été sanctionné.

Et vous, vous en pensez quoi. Partagez vos pensées en cliquant ici.

115(0)

Power / CO2 – English

February 2020

Following a family discussion on global warming, it was obvious that the carbon impact came to the table. Everyone defended in good faith the fact that renewable energies are evidence that it is our immediate duty to implement an ecological transition. Evidence is often a source of error because it is the result of opinions that reflect a total ignorance of the subject. Without trying to provide a definitive answer to a subject too complex to be tackled only in the context of a discussion or an article, we will try to shed light on energy sources and try to remain factual .

Electricity production in the world

The graph below shows the distribution of energy sources by country. In order to make the graph readable, this distribution is expressed as a percentage: the bars are of equal height. It is obvious that China consumes more electricity than Portugal. This graph shows the political and historical choices of electricity production.
The first point to emphasize is that America, as powerful as it is, produces half as much electricity as China does. The second point is that Canada which is ten times less populated than the USA produces per capita almost twice as much electricity for a carbon impact ten times lower. FYI, the RE category means Renewable Energy covers hydroelectric, wind and solar.

It is tempting to simplify the reason for the differences observed by reducing the causes to one or two factors. If in some cases it is perfectly possible, oversimplifying does not provide any answer. However, the study of the initial conditions of a production choices makes it possible to evaluate the importance of the choices. The different elements of the choices are the availability of a resource, the state of development of a country, long-term political vision. When these three factors lose their dominance, when public opinion, the education of the population, in this case other energy production means are imposed on political leaders. In this case the choices in the modes of electricity production become more complex, the reasons for the initial choices lose their obviousness.

The development approach

In this approach, the cost and the simplicity of implementation are the predominant elements. Typically China and India, access, illustrate this problem. In China, coal is available in inexhaustible quantities, coal-fired power plants are simple to build and implement, they produce electricity that does not depend on political vagaries such as imports of coal. Unfortunately the combustion of coal emits not only carbon dioxide (carbon dioxide) but also sulfur and nitrogen oxides which, combined with rainwater, become acids that reach the ground. In the sixties the German coniferous forests were the victim of such rains. Acid rains are the basis of the birth of radical ecological movements in Europe.

In the first phase of China’s development, the drawbacks linked to this natural choice, coal, were largely offset by the progress perceived by the public opinion. Today public opinion, although largely muzzled by political power, is beginning to be heard and demands a reduction in the nuisance caused. In order to meet the demands of the population and look after its international image, China has started an ecological transition.

Nuclear

France is a centralized state. From the end of the Second World War, the production of electricity was nationalized and placed in a state company, this company is EDF. During the first half of the 20th century, coal was a significant source of conflicts between France and Germany. France has significant quantities of Uranium ore on its territory and, through its former colonies in Africa, it also has privileged access to this ore. In the name of national independence, from the birth of the IVth Republic, France has developed a civil and military nuclear sector. If nuclear power does not emit carbon dioxide, this imposes heavy constraints both in terms of operational safety as well as safety around the entire activity. Incoming and outgoing fuels are the subject of special safety attention to avoid leakage of radioactive materials to groups with intentions that are not in keeping with our way of life.

Among the technical risks of operation, we will remember Three Miles Island, Chernobyl and more recently Fukushima. We should also not forget the whole issue of reprocessing waste from nuclear power plants or the risks of nuclear terrorism linked to thefts of radioactive material. Fortunately, for the moment, terrorist blackmail against the nuclear attack remains a hypothesis, but that may not last.

If nuclear power is a possible response to the need for energy, the constraints imposed by aspects linked to security limit its harmonious development to state structures which accept both a strong centralization of security means but also checks and balances responsible for keeping the risks of such a production chain within acceptable limits. A real and constant democratic challenge that countries such as France and Sweden have imposed on themselves.

Short-term effectiveness

In contrast to China and France, the USA has acquired private means of electricity production. In the USA gas and coal are easily accessible, more than 60% of the energy produced comes from these sources. Coal mines and gas extraction are in the private domain. Unlike nuclear which requires a long-term vision and commitment, the production of fossil electricity, by its simplicity of implementation, allows short-term management. Today the US administration offers no long-term vision, it is focused on the financial efficiency of extraction (coal, gas) and means of production. The exit from the Paris agreement demonstrates the lack of will on the part of the US to integrate a global approach that is nevertheless necessary.

It is funny to say the least that two opposing political options, so-called liberal capitalism of the US and the undisputed reign of the Chinese Communist Party have both chosen similar modes of energy production.

Renewable energies

Under the guise of renewable energies are integrated many forms, hydroelectric dams, wind turbines, solar, biomass … It is interesting to segment the sources. This is the purpose of the graph below. At the top of each bar, the number indicates the percentage of renewable energy produced in the total production of a given country.

As a first remark, the four countries that produce more than 50% of their energy from renewable sources are democracies in which public opinion and the civic sense of the electorate are strong. In this respect, Portugal which lived until recent times under autocratic regimes, absolute royalty then military dictatorship, shows that a strong popular will (the Carnation Revolution) supported by trans-national integration in the EU, Portugal offers happy democratic prospects.

At the bottom of the peloton, France and the US are in very bad company when it comes to the reception of the expression of the citizens. China and its dictatorship of a misguided Communist Party, India and its nationalist populism, Japan particularly famous for its openness to otherness (but no, I’m kidding, it’s exactly the opposite) are closing the march of virtuous country on the subject of renewable energies.

In terms of renewable energy, some countries are endowed with the inexhaustible resources. Canada, through Hydro-Québec, follows a virtuous path that it is impossible to duplicate. This graph is an intellectual exercise which, in itself, justifies the pain that all of us underwent during geography lessons in high school. Who can explain that two apparently similar Scandinavian countries, Sweden and Denmark, show such different production profiles. If the memory comes back to you, it will allow you to understand the relationships between the different forms of renewable energy production.

Finally, if an element seems poorly described, false, counter intuitive, irrational, if on the contrary this article brought useful information, do not hesitate to send me your remarks, caustic, critical or constructive by clicking on the following link . Share your thoughts .

143(0)

Power / CO2 – V.F.

Février 2020

suite à une discussion familiale autour du réchauffement global, tout naturellement est venu sur la table l’impact carbone. Chacun défendait en toute bonne foi le fait que les énergies renouvelables sont une évidence qu’il est de notre devoir immédiat de mettre en œuvre. Les évidences sont souvent sources d’erreurs fondamentales car elles sont le résultat d’opinions qui reflètent une totale méconnaissance du sujet. Sans chercher à apporter une réponse définitive à un sujet trop complexe pour n’être abordé que dans le cadre d’une discussion ou d’un article, nous allons tenter d’apporter un éclairage sur les sources d’énergie et tenter de rester factuels.

Production d’électricité dans le monde

Le graphique ci-dessous montre la répartition des sources d’énergie par pays. Afin de rendre le graphique lisible, cette répartition est exprimée en pourcentage, les barres sont de hauteur égales. Il est évident que la Chine consomme plus d’électricité que le Portugal. Ce graphique montre les choix politiques et historiques de la production d’électricité.
Le premier point qu’il convient de souligner est que l’Amérique, toute puissante qu’elle est, produit deux fois moins d’électricité que la Chine. Le second point est que le Canada qui est dix fois moins peuplé que les USA produit par habitant quasiment deux fois plus d’électricité pour un impact carbone dix fois inférieur.Pour info la catégorie RE signifie Renewable Energy couvre l’hydro-électrique, l’éolien et le solaire.

Il est tentant de simplifier la raison des différences observées en réduisant les causes à un ou deux facteurs. Si dans certains cas c’est parfaitement possible, vouloir simplifier à outrance ne permet pas d’apporter la moindre réponse. Toutefois l’étude des conditions initiales d’un rapport de production permet de quantifier l’importance des facteurs. Les différents facteurs sont la disponibilité d’une ressource, l’état de développement d’un pays, les choix politiques de long terme. Lorsque ces trois facteurs perdent leur prépondérance, lorsque l’opinion publique, l’éducation de la population, alors d’autres types de production d’énergie s’imposent aux dirigeants politiques. Dans ce cas les choix dans les modes de production d’électricité se complexifient, les raisons des choix initiaux perdent leur évidence.

L’approche développement

Dans cette approche, le coût et la simplicité de mise en œuvre sont les éléments prépondérants. Typiquement la Chine et l’Inde, l’accès, illustrent cette problématique. En Chine le charbon est disponible en quantité inépuisables, les centrales électriques au charbon sont simples à construire et à mettre en œuvre, elles produisent une électricité qui ne dépend pas des aléas politiques tels que les importations de charbon. Malheureusement la combustion du charbon émet non seulement du dioxyde de carbone (le gaz carbonique) mais aussi des oxydes de souffre et d’azote qui, combinées à l’eau de la pluie, deviennent des acides. Dans les années soixante les forêts allemandes de conifères en ont été la victime. Ces pluies acides sont à la base de la naissance des mouvements écologiques radicaux en Europe. La combustion du charbon produit aussi des particules de carbone imbrûlé à l’origine du SMOG, brouillard toxique que Los Angeles et Londres ont connu dans la première moité du XXième siècle.

Dans la première phase du développement de la Chine les inconvénients liés à ce choix naturel, le charbon, étaient largement compensés par les progrès induits. Aujourd’hui l’opinion publique, bien que largement muselée par la pouvoir politique, commence à se faire entendre et exige une réduction des nuisances induites. Afin de répondre aux demandes de la population et soigner son image à l’international, la Chine a débuté une transition écologique.

Le nucléaire

La France est un état centralisé. Dès la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, la production d’électricité a été nationalisée et placée dans une société d’état, cette société est EDF. Pendant la première moitié du XXième siècle, le charbon fut une source significative de conflits entre la France et l’Allemagne. La France dispose sur son territoire de quantité significatives de minerai d’Uranium et, à travers ses anciennes colonies d’Afrique, elle dispose aussi d’un accès privilégié à ce minerai. Au nom de l’indépendance nationale, dès la naissance de la IVième république, la France a développé une filière nucléaire civile et militaire. Si la production d’électricité nucléaire n’émet pas de dioxyde de carbone, celle-ci impose de lourdes contraintes à la fois sur le plan de la sécurité du fonctionnement ainsi que sur la sécurité autour de l’ensemble de l’activité. Les carburants entrants et sortants font l’objet d’une attention sécuritaire toute particulière pour éviter des fuites de matériaux radioactifs vers des groupes aux intentions peu conformes à notre mode de vie.

Parmi les risques techniques de fonctionnement, on se souviendra de Three Miles Island, Tchernobyl et plus récemment Fukushima. Il convient aussi de ne pas oublier l’ensemble de la problématique du retraitement des déchets issus des centrales nucléaires ni les risques du terrorisme nucléaire liés à des vols de matière radioactive. Heureusement, pour le moment, le chantage terroriste à l’attaque nucléaire reste une hypothèse mais cela pourrait ne pas durer.

Si le nucléaire est une possible réponse au besoin d’énergie, les contraintes imposées par les aspects liés à la sécurité limitent son développement harmonieux à des structures d’état qui acceptent à la fois une centralisation forte des moyens sécuritaires mais aussi des contre-pouvoirs chargés de maintenir les risques d’une telle chaîne de production dans des limites acceptables. Un véritable défi démocratique constant que des pays tels que la France et la Suède se sont imposés.

L’efficacité de court terme

A l’opposé de la Chine et de la France, les USA se sont dotés de moyens de production d’électricité privés. Aux USA le gaz et le charbon sont d’un accès facile, plus de 60% de l’énergie produite provient de ces sources. Les mines de charbon, l’extraction du gaz relèvent du domaine privé. A la différence du nucléaire qui exige une vision et un engagement de long terme, en particulier de l’état, la production d’électricité fossile, par sa simplicité de mise en œuvre permet une gestion de court terme. Aujourd’hui l’administration US ne propose aucune vision sur le long terme, elle est focalisée sur l’efficacité financière de l’extraction (charbon, gaz) et des moyens de production. La sortie de l’accord de Paris démontre l’absence de volonté des US d’intégrer une démarche globale pourtant nécessaire.

Il est pour le moins cocasse de constater que deux options politiques opposées, le capitalisme dit libéral des US et le règne incontesté du parti communiste chinois ont tous deux choisi des modes de production d’énergie semblables.

Les énergies renouvelables

Sous le couvert d’énergies renouvelables sont intégrées de nombreuses formes, barrages hydro-électriques, éoliennes, solaire, biomasse… Il est intéressant de segmenter les sources. C’est l’objet du graphique ci-dessous.En haut de chaque barre, le nombre indique le pourcentage de l’énergie renouvelable produite dans l’ensemble de la production d’un pays donné.

En première remarque, les quatre pays qui produisent plus de 50% de leur énergie en renouvelable sont des démocraties dans lesquelles l’opinion publique et le sens civique de l’électorat est fort. A ce titre le Portugal qui vécut jusqu’à une époque récente sous des régimes autocratiques, royauté absolue puis dictature militaire, montre qu’une volonté populaire forte (la Révolution des Œillets) soutenue par une intégration trans-nationale dans l’UE offre des perspectives démocratiques heureuses.

En queue du peloton, la France et les US sont en fort mauvaise compagnie en ce qui concerne la réception de l’expression des citoyens. La Chine et sa dictature d’un parti communiste dévoyé, l’Inde et son populisme nationaliste , le Japon particulièrement célèbre pour son ouverture à l’altérité (mais non, je blague, c’est très exactement le contraire) ferment la marche des pays vertueux sur le sujet des énergies renouvelables.

En matière d’énergie renouvelable certains pays sont dotés par les hasards de l’histoire de ressources inépuisables. Le Canada, à travers la société Hydro-Québec, suit un chemin vertueux qu’il est impossible de dupliquer. Lire ce graphique est un exercice intellectuel qui justifie à lui seul la purge que nous avons tous subi lors des cours de géographie au lycée. Qui peut expliquer que deux pays scandinaves à priori semblables, la Suède et le Danemark, montrent des profils de production si différents. Si d’aventure la mémoire vous revient, elle vous permettra de comprendre les relations qui existent entre les différents formes de production d’énergie renouvelables.

Enfin, si un élément vous semble mal décrit, faux, contre intuitif, irrationnel, si au contraire cet article aura éclairé votre lanterne, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques, caustiques, critiques ou constructives en cliquant sur le lien suivant. Partagez vous réflexions.

119(0)

Massacre à la Saint Valentin

La saint Valentin, avec Susan, nous la fêtons pour la troisième fois. Vrai à nos âges certains couples célèbrent leurs noces d’or, un demi siècle ensemble. Nous, plus simplement, nous arrosons le début de la troisième année de notre vie commune.

Lors de la première saint Valentin, le dîner de séduction se composait de homards préparés par Roméo. Juliette avait adoré. Donc bis repetita l’année suivante. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, cette année encore, sur l’autel de l’amour (pas l’hôtel bande d’ignares), deux homards furent sacrifiés.Deux belles bêtes de 2,5 livres chacune.Comme ce soir la j’avais prévu de les cuire au four. Les homards furent sacrifiés au couteau qui sépara la moitié gauche de celle de droite. Ne vous plaignez pas, ne hurlez pas que je suis cruel, les populistes véreux de France, de Navarre et des USA font la même chose avec vous bande de homards moutonniers, ils séparent pour mieux régner.Cela dit, trop occupés à dévorer les homards, j’ai omis de prendre la photo qui rend jaloux. Restait celle du déjeuner. Donc à midi, juste avant de partir à la vente aux enchères des belles bagnoles, j’avais préparé des crevettes flambées au Pastis sur lit d’échalotes confites par mes soins. Le sourire de Susan raconte le bonheur que nous avons eu à liquider la demie-livre par personne des belles crevettes.

Pour les homards, le plaisir fut élevé au carré. En l’absence de photos, il vous reste à me faire confiance.

Longue vie amoureuse à tous mes lecteurs.

230(1)

Il reste Botero

Saint Valentin 2020

Une vente aux enchères de belles autos se tient à Miami, nous y avons pointé le museau. Les 15$ par personne ajoutés aux 5$ du parking, frais non annoncés dans la plaquette de promotion, nous ont fait fuir vers d’autres cieux. L’après-midi étant désormais libre, nous nous sommes rabattus sur le musée Botero de Wynwood.

Un hangar qui ne paye pas de mine.Nous sommes accueillis par Picasso.L’esthétique géométrique de Picasso dialogue avec les rondeurs de Botero.Puisque l’on fait dans œcuménisme, Vasarely se doit d’être présent.Le couple au caniche avec chignon, pas la dame, c’est le chien qui est affublé du chignon, plonge Susan dans un moment d’hilarité.De mon côté, la rondeur du postérieur de la dame attire irrésistiblement une envie de fessée.Dans ce monde de violence, tout espoir n’est néanmoins pas perdu.Après l’écriture à plat en 3D, un tableau en 2D donne une impression de relief.Et puisque l’on parle de relief, un superbe papier alu froissé est exposé derrière un plexiglas pour le protéger à la fois des mains pleines de doigts mais aussi et sûrement pour lui éviter de devenir un ramasse poussière.Après la banane scotchée au mur, une nature morte en relief, éphémère car naturelle, accrochage qui avait provoqué la colère méritée des critiques d’art, on trouve ici une autre série de natures mortes significativement plus durables, celles-la.Juste avant de quitter cet espace fort bien agencé, nous sommes tombés, Susan et moi sur ce tableau.
Le style est connu. Saurez-vous deviner son nom ? Pour le savoir, cliquez sur le tableau.Comme nous étions partis pour aller voir des autos, nous terminerons sur mon jouet actuel qui est une réjouissante œuvre d’art industrielle.

177(1)

Huitième Décade / Top départ

31 janvier 2020

Triste jour  pour mon 71ième anniversaire, deux tragédies touchent le monde anglo-saxon.

  1. le sénat US vient de refuser de faire venir témoigner des acteurs qui auraient incriminé de façon définitive Bankrupt Pinocchio. Cet escroc sera acquitté au bénéfice d’un procès truqué. La démocratie US n’en sort pas grandie, elle aura donné l’image d’une vraie république bananière corrompue.
  2. Le gouvernement d’un populiste clownesque, Boris Johnson, épaulé par un populiste de bas étage et menteur patenté, Nigel Farage, réussissent à sortir l’Angleterre d’un traité que l’ultra droite de Thatcher avait réussi à faire dérailler pour éviter d’y entrer vraiment. L’Ecosse dans son immense sagesse ne serait-elle pas en train de préparer une sortie de l’UK pour rejoindre l’EU. Ce serait une revanche, tardive certes, mais une revanche tout de même pour Marie Stuart.

Heureusement que pour faire contre-poids à ces désastres, Susan avait organisé un dîner festif avec des amis proches. Susan, Claude et Gary  semblent captivés par un événement de la plus haute importance.L’objet de cette attention était un Carré d’Agneau préparé avec amour.
24 côtelettes pour 7 invités, le compte n’est pas rond, mais est-ce bien grave, Docteur ?Le clou de la soirée fut livré par Jeff Bezos via son épicerie personnelle, Whole Foods.
Fièrement je le porte lors de son immortalisation juste avant sa cannibalisation.Le repas terminé, café et pousse-café posent un point final à une bien belle soirée.Ni Gary, l’humain, ni Rusty, le canidé, ne le démentiront, ce fut une belle soirée.

A l’année prochaine.

352(1)