Archives mensuelles : juillet 2021

Tour de France / Etape 9

26 juillet 2021 / Amboise

En chemin pour Amboise, une halte sur les bords de Loire.

Halte dans un village troglodyte.

Arrivée à Amboise, somme accueillis par un vol de Montgolfières.

La fatigue du voyage finit par se faire sentir.

Restait la visite du Clos Lucé.

La chambre de Léonard.

Susan tente de cacher l’évidence qu’elle est le modèle rêvé des plus grands artistes.

Une dernière balade, demain ce sera le retour à la maison. 7 semaines de voyage.
Si les voyages forment la jeunesse, ils épuisent les vieux.
Home Sweet Home.


291(2)

Tour de France / Etape 8

19 juillet 2021

Après la Vendée et Saint Jean de Monts, les Pays de Loire, les portes de la Bretagne.

Sommes accueillis par Annie et Raoul. Un superbe Dimanche / Lundi.

Une des dernières étapes : la Roche Bernard. Deux retours sur de vieux souvenirs sont prévus.
Jean-Noël et son épouse. Avec Jean-No nous nous retrouvons après une vingtaine d’années.
Un plaisir renouvelé. Promis nous repasserons en région.

Carnac et ses Menhirs.

Pause à la Trinité / Mer, heureusement le fumeux Jean-Marie est absent, l’air est donc respirable. Tentons de trouver un estancot sur le port pour nous restaurer. Rien de tentant.

Google nous propose une solution. Tentons notre chance et ne regretterons pas.
Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas, les huîtres sont belles, le bulots à point, la vue inoubliable.

Cadre somptueux, la photo le confirme.

De retour à la Roche Bernard, nous sommes accueillis par un concert de Rock Breton.

Vue de la chambre d’hôtel le jour de Marché. Susan s’en donnera à cœur joie.

Si avec Jean-No nous avons mesuré une vingtaine d’années de séparation, avec André nous pouvons aisément en ajouter une dizaine.
La fidélité n’est pas un vain mot, le plaisir de se retrouver non plus.

Sur les conseils avisés d’Annie et Raoul, une pause au Sarah B.

Le décor est à la hauteur des assiettes servie.
Quant à Susan, elle l’aura bien descendu, l’escalier.

Après la Roche Bernard, une halte à Nantes et un déjeuner léger passage Pomeraye.
Susan en profite pour partager ses impressions avec Lance ,son fils, qui est en Floride.

Repas terminé, la balade se poursuit.

Réflexions, réflexions…

Après avoir traversé l’Atlantique en avion, Susan traverse la Loire en Ferry.
Dans quelques minutes nous rejoindrons Olivier et Françoise.

Et voila, ensemble autour d’une belle table.

Et le samedi suivant ces deux amoureux se marieront.
Il convient de confirmer que ce n’est pas après avoir descendu les bouteilles qui décorent la table qu’ils ont pris cette belle décision.Avant de les abandonner et poursuivre notre voyage, un voyage en Nostalgie autour d’un Flipper.

A chacun ses expertises, ici le Roi de la Fourchette.
Demain ce sera la dernière épate, Amboise et la Clos Lucé.


146(1)

Tour de France / Etape 7

12 juillet 2021

Avons quitté Andorre pour rejoindre Saint Jean de Monts.
Une étape est prévue à Rocamadour.

Juste avant midi, l’heure naturelle du déjeuner, pause à Cahors et visite de son fameux pont.

Pont qui surplombe une écluse.

Pont dont le Diable garde une des tours.

Sans oublier le nécessaire Cocorico. Et oui le téléphone n’est pas une invention US.
Cela dit les américains ont industrialisé l’objet et l’ont rendu utilisable.


13 juillet 2021 Rocamadour / Gouffre de Padirac

Rocamadour ville posée à flanc de falaise.
Une balade athlétique, si ça ne descend pas, ça monte.

Et après Rocamadour, le Gouffre de Padirac, une découverte pour Susan.

Un Disney Land élaboré par la nature.

Et les sculptures, les couleurs. Pas forcément simple pour restituer la réalité sans flash.

Sans un passage à la Boutique aux Souvenirs, une visite n’en serait pas une.
Demain nous ferons halte à Limoges.


14 juillet 2021 Limoges

Susan se prépare à admirer la gare de Limoges connue sous le sobriquet de « la Mosquée ».

Sans oublier la Mairie construite en MDCCCLXXV, c’est gravé sur le fronton.
Qui peut me confirmer la date d’achèvement des travaux.


123(1)

Tour de France / Etape 6

10 juillet 2021 – Andorre

Départ de Biarritz. SNAFU : (Situation Normal All Fucked Up).
Non seulement il faudra rejouer Tetris pour charger l’auto, mais il faut aussi fermer les valises.
Un problème récurent.

Une fin de voyage dans le coton.
Pas évident dans cette vue de profil, le coton est devant, pas sur les côtés.

Plus près de la réalité dans celle-ci.
La solution, un pied léger et ne pas rentrer l’aiguille du compte tour dans la boîte à gants.

Pour nous accueillir, le choc du politiquement correct : une Porche électrique.
La beauté du cycle Beau de Rochas, l’illustre inventeur du moteur à 4 temps, se dilue.
A quand une Ferrari non avec un V12 mais en 12V.

Andorre, lieu de traitement privilégié de la fièvre acheteuse,
se prête aussi et surtout à de belles balades en forêt, donc aussi au picnic.

Une fois le repas achevé, bouteilles bues, pendant que les hommes refont le monde,
les compagnes, à la fois concubines et épouses, partent pour un tour pédestre du lac.

Il est temps de rentrer à la maison.
Juste avant de reprendre le volant, Catherine tente de m’insuffler un zeste d’énergie.

Susan, comme tout un chacun, consulte l’état du Monde ainsi que ses courriels.
Gouverner c’est prévoir, Susan applique cette maxime à la lettre.
En aucun cas elle ne se sépare de son centre de calcul. Cela dit, moi non plus.


Balade acquatico-gastronomique du samedi

Claude nous propose une virée aux Bains de Llo.
Pas de panique, malgré l’haurthogruffe, c’est en France.
Et pour nous motiver, le programme inclut un repas dans un Esctancot chinois en Espagne.
Ce dernier offre, le samedi, un buffet qui inclut du homard à volonté.

Conférence au sommet dans l’eau, normal nous sommes à Llo, à 35C.
Pour les réticents au système métrique, source de beauté de la mesure physique,
le passage dans l’immonde Fahrenheit se fait comme suit : (35 -10%)x2+32 soit 95F.
Certains, les anglo-saxons en particulier, se grattent l’oreille droite avec la main gauche.

Tel un nouveau Bouddha, je médite, sans encore publier,
sur la pénibilité d’une retraite dans des conditions difficiles.

Parfois, ces méditations imposent une comparaison des points de vue.
Comparaison, certes, mais en aucun cas confrontation.

Pendant ce temps, Susan fuit avec véhémence les paparazzis qui assaillent la Princesse.

Après Susan, à mon tour je profite d’un massage crânien.
La méditation à venir n’en sera que plus profitable.

Devant l’efficacité de la thérapie, Claude en fait de même.
Les reconstructions à venir du Monde n’en seront que plus pertinentes.

Une fois la thérapie achevée, sans perdre de temps,
les deux reconstructeurs se remettent à la tâche.
Veuillez, svp, noter la présence de l’accent sur le A.
Les deux reconstructeurs ne sont en aucun cas des taches, juste des tâcherons.

Une fois de plus, la Princesse est mitraillée par son paparazzi personnel.
Avec un professionnalisme achevé, elle lui livre son sourire de compète.

Claude tient ses promesses, le homard rejoint l’assiette de Susan pour son dernier voyage.
Il va de soi que c’est le dernier voyage du homard, pas celui de Susan, bande de négatifs.

Son frère, le deuxième homard, à défaut de chanter Omar m’a tuer, pour son dernier voyage,
en fait de même dans celle de Claude.

Les bains, le repas, les libations achèveront le paparazzi qui sombre, comme d’habitude dans une somnolence méritée. Une fois de plus, tous ensemble, soulignons la dure réalité à laquelle sont confrontés des Anciens. Quelle Injustice.

Au sortir de l’Estancot, ventres pleins, nous sommes confrontés à un OVNI.
Chacun pensera reconnaître une R5. Les apparences sont trompeuses.
Un clic sur cette même photo vous donnera la solution.
Pour prendre en compte les deux portes arrières, la R5 devient une R7.
Quatre portes et un coffre. Cinq horreurs. A fuir.

Demain dimanche, en Bidochons nous nous transformerons, le Tour de France, le vrai, fait étape en Andorre.


11 Juillet Tour de France  (l’autre) propose son Etape du jour

Voila, le cadre est posé, les Bidochons vont sévir.
Et pour mieux sévir, l’organisation du Tour de France offre à Susan un passage sous le balcon de Claude et Cathy.

Les spectateurs aboient, la caravane passe,
nous descendons pour tenter de récupérer quelques Trophées.

Pour ajouter au plaisir de Susan, Cochonou défile avec ses 2CV.

Susan ne cache pas sa joie d’avoir mis ses mains sur un superbe sac.
Il fera des jaloux en Floride.

Les spectateurs attentent les coureurs.

Des habitants se préparent à célébrer une victoire d’étape américaine,
la première depuis 10 ans.

Et voila le vainqueur de l’étape.

Il aura fallu l’adresse de Catherine qui depuis son balcon aura su capturer la vitesse de passage.

Soyons clairs, si pour le spectacle, c’est mieux à la télévision,
en revanche si l’on souhaite jouer les Bidochons, YAPA photo,
il faut se trouver sur le bord de la route.

Merci à Cathy et Claude d’avoir fait passer le Tour de France cycliste sous nos fenêtres.
Demain, le Tour de France, le vrai, celui de Susan reprend la route pour une étape de moyenne montagne en direction de Rocamadour et du Gouffre de Padirac. Stay Tuned.


389(1)

Tour de France / Etape 5

5 juillet 2021 Semaine à Biarritz

Première balade sur la plage de Biarritz.

Halte devant l’Auberge de Jeunesse (YMCA) où les jeunes mariés, voir l’étape Egletons, vont passer leur Lune de Miel. Côté hébergement on a vu pire.

Nous poursuivons vers Anglet où l’accès au restaurant du phare nous est refusé pour cause d’absence de masque.

Croisons une Jaguar dont l’immatriculation appelle un détournement.
En argot US, FAG est une insulte adressée à une personne dont les choix personnels ne vont pas vers l’hétérosexualité.
Je mourrais d’envie de Photoshoper la plaque.

Le mercredi soir nous avons rendez-vous avec les jeunes mariés au Bahia Beach de Bidart.
Susan découvre sur la plage un monument dont la signification nous échappe.

Vêtu de ma Salopette Smoking, j’attends de pied ferme nos amis.

Conformes à leurs habitudes, ils débarquent à l’heure.
Ils l’ont bien descendu.
Une fois les libations absorbées, saurons-nous la remonter, la côté.

Portions gargantuesques pour nous.

Même chose pour eux.
Finirons néanmoins capables de remonter la pente et rejoindre nos destriers.

Visite au château Abbadie. A peu près aussi intéressant que la villa Vizcaya à Miami.
Un rien décevant.

Halte téléphonique pour prendre les dernières nouvelles de la famille restée en Floride.

La balade se poursuit.

Et tant qu’à faire les touristes, autant le faire vraiment.

Si Susan était atteinte de mal du Pays, il suffirait de passer une nuit dans cet hôtel.

Quelques élément d’archéologie routière.

Finalement ces bornes kilométriques ont la vie dure.
J’en ai trouvé d’autres y compris dans la ville.

Invités chez Marie et Philippe, encore un repas d’anthologie.

Pendant que les femmes travaillent, les hommes refont la planète.

Et pour conclure un somptueux repas, le dessert sera « The Cherry on the Cake ».

Enfin, pour conclure la dernière journée en pays basque un immeuble sans réelles prétentions.
Sans prétentions, certes, mais pas sans histoire.
Il fut un hôpital, une antenne de la médecine du travail, il est devenu un immeuble d’habitation.

Cette plaque commémorative atteste de son histoire.

Demain nous quittons Anglet et nos amis, direction Andorre pour d’autres rencontres.


234(2)

Tour de France / Return of US politics

4 juillet 2021

English version below the French one


Ce n’est pas parce que je suis en vacances que les News US ne me parviennent pas, c’est la beauté du Web et des terminaux portables. Un sondage montre une incompréhensible et pourtant bien réelle division marquée par les opinions politiques : 95% des Démocrates sont vaccinés ou prêts à recevoir le vaccin, 50% des Républicains y sont opposés.

Ce type de position liée à un choix dit politique appelle quelques remarques. Aujourd’hui, il est démontré que le bénéfice de la vaccination écrase les risques liés au refus. Une fois vacciné, les risques d’une infection grave, d’une hospitalisation ou d’un décès sont quasiment nuls. Ce refus est celui du refus de la science, refus de la rationnalité. Ce refus n’a pas que des inconvénients, les négationistes seront infiniment plus nombreux à contracter les formes graves de la maladie. Au sortir de la crise ils seront moins nombreux donc moins influents dans les scrutins à venir.  C’est une bonne nouvelle sur le long terme.

Coluche affirmait, nul ne contestera la justesse de son affirmation :
« Il vaut mieux être bourré que con, ça dure moins longtemps. »
Vaccinez-vous, les conséquences d’une infection COVID sont éternelles.


Just because I’m on vacation doesn’t mean the US News doesn’t reach me, the beauty of the Web and mobile devices. A poll shows an incomprehensible yet real division marked by political opinions: 95% of Democrats are vaccinated or ready to receive the vaccine, 50% of Republicans are opposed.

This type of position linked to a so-called political choice calls for a few remarks. Today, it has been shown that the benefits of vaccination outweigh the risks associated with refusal. Once vaccinated, the risk of serious infection, hospitalization or death is virtually nil. This refusal is that of the refusal of science, refusal of rationality. This refusal offers some advantages: the negationists will be infinitely more numerous to contract the serious forms of the disease. At the end of the crisis, they will be fewer in number and therefore less influential in the upcoming elections. This is good news in the long term.

Coluche, a famous stand up comedian said, no one will dispute the correctness of his statement:
« Rather be drunk than stupid, stupid is forever. »
Get vaccinated, the consequences of a COVID infection impact your life forever.


277(1)