Archives de l’auteur : jlc

23 Septembre Virée des Sixties

Comme d’hab, Robert, le Dab du club, rameute les ouailles pour prêcher la bonne parole.
Venez mes Agneaux, activez vos destriers, un Gueuleton vous attend.Si tôt dit, si tôt fait la meute se regroupe et, sous la bienveillante direction de Lucien, un arrêt de regroupement est programmé. Au signal, chacun rejoint son automobile et, dans un élan irrésistible, la meute progresse.Arrivés sur place, chacun range son auto et se prépare à faire bombance.Dans le club des Sixties l’œcuménisme est la règle. Côte à côte Renault (R17TS) Triumph (TR6) et Citroën (11 légère) communient à la gloire de la production française. Oui Monsieur, rien n’égale la production de l’industrie française en matière d’automobile et de mâle séducteur.Enfin, force est de constater que l’Italie tente, avec de bons arguments, de contester cette supériorité.Les arbitres de la beauté, Laurent et Denys, une fois repas ingurgité, se préparent à rendre un verdict irréprochable.Parmi les jurés, un couple délicieusement porté par une Alfa Roméo, se prépare, lui aussi, à confirmer le verdict. L’Amour et l’Automobile (sans pour autant exclure la moto, la vraie, Ducati par exemple) participent à cette réflexion.Dans quelques kilomètres nous rejoindrons un Saint Graal.Les autos et les chauffeurs se regroupent.La vue vers le Nord est superbe.La vue vers le Sud, la vallée de la Durance, ne l’est pas moins et impose à tous un moment de recueillement lié à la beauté du paysage.Force est de constater que certaines autos, un peu capricieuses, sont confrontées au savoir faire curatif de trois générations d’experts mondialement reconnus à Carpentras à savoir les L Cube, Lucien, Laurent et Lucas. Automobiles capricieuses tremblez : ces Experts sauront vous faire plier, rendre gorge et repartir.
Faut pas niaiser, Tabernacle !Au fond, le Mont Ventoux nous indique le chemin à suivre pour rentrer à la maison. Dans cent vingt minutes ce sera chose faite et autour d’un verre, nous commémorerons cette fort belle journée.

Merci à toute l’équipe pour cette superbe journée.

Un Iguane bien curieux

Lors d’une balade le long de la rivière de Fort Lauderdale, en passant la voie de chemin de fer, je constate que le pont est levé et permet le passage des bateaux.Le long des berges un iguane de belle taille capte mon attention, il semble regarder avec attention un objet étonnant.Ce que regarde l’iguane me frappe : il s’agit du panneau lumineux qui prévient que le pont est fermé pour permettre le passage du train.Fake News, les médias trompent le public, le pont est ouvert, les bateaux passent. Pour connaître la vérité, inutile d’écouter Benito Pinocchio Trump, il suffit de regarder les iguanes.

Déjeuner en ville chez Gary

En chemin dans un cabriolet

Si en Floride j’utilise une berline, Susan possède un cabriolet teuton.

C’est dans cet attelage, qu’en ce dimanche de mi-mars, nous nous rendons chez Gary pour un Brunch de bon aloi.

Arrivés à destination

Gary est un fin cuistot, il nous régale d’un Mimosa en apéritif et d’une omelette à rassasier un régiment. De mon côté, en fait de fleurs, j’ai apporté un Pauillac et un Pouilly Fumé. Comme nous sommes raisonnables seul le Bordeaux aura été ouvert, boire ou conduire il faut choisir, c’est un peu comme ici en France, un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts.

Saint Patrick’s Day

Contrairement à ce qu’affirme Bénito Pinocchio Trump, l’immigration a structuré l’Amérique. Des bannis d’Angleterre, aux allemands miséreux, aux juifs chassés par les Pogroms, aux italiens, polonais et irlandais chassés par la misère, les dictatures, les famines, l’Amérique s’est constituée non comme un Melting Pot, un creuset où tout est mélangé, mais comme un Salad Bowl, un bol de salade dans lequel on trouve de tout mais où chaque élément garde son identité tout en s’enrichissant de la culture de l’autre.

C’est dans ce Salad Bowl que se déroule une fois par an la Saint Patrick, la fête des irlandais.Le trèfle à trois ou quatre feuilles, vert, vert, vert est le symbole de la journée. C’est tout juste si la bière qui, plus que les autre jours coule à flot, n’est pas colorée par un jet de menthe.Ce jour là chacun défile et présente son irlanditude, du plus authentique au plus dévoyé, de l’école de danse en ligne, l’irlandaise pas la texane, au candidat à un office électif.Pour l’école de danse voir l’image un cran plus haut.
Pour le candidat, la Rolls Corniche.
Pas certain que ce type de programme me fasse voter pour lui.Quand on ne sait pas comment relier un centre d’imagerie médicale à la fête de l’Irlande, on déguise un Quad en vert.Les écoles des quartiers noirs ne sont pas en reste pour promouvoir leurs écoles, au moins avec elles, il n’y a pas d’arrières-pensées mercantiles.Ici un sourire, une parodie. Mais quelle était la marque de l’automobile des Ghosts Busters.Et une fois le défilé terminé chacun se retrouve dans un espace ouvert, sur une pelouse, normal la pelouse est normalement verte. Chacun s’y retrouve pour faire bombance. Et pour une fois, la Floride ne sera pas en reste, en ce 10 mars 2018 il fait humide, la pluie menace, il fait frais, moins de 22°, mais non pas -22°, +22°, mais pour la Floride, ce type de température relève de la vague de froid.

Et de dire que je suis venu ici pour réchauffer mes vieux os.