Archives de l’auteur : jlc

Massacre à la Saint Valentin

La saint Valentin, avec Susan, nous la fêtons pour la troisième fois. Vrai à nos âges certains couples célèbrent leurs noces d’or, un demi siècle ensemble. Nous, plus simplement, nous arrosons le début de la troisième année de notre vie commune.

Lors de la première saint Valentin, le dîner de séduction se composait de homards préparés par Roméo. Juliette avait adoré. Donc bis repetita l’année suivante. Comme on ne change pas une équipe qui gagne, cette année encore, sur l’autel de l’amour (pas l’hôtel bande d’ignares), deux homards furent sacrifiés.Deux belles bêtes de 2,5 livres chacune.Comme ce soir la j’avais prévu de les cuire au four. Les homards furent sacrifiés au couteau qui sépara la moitié gauche de celle de droite. Ne vous plaignez pas, ne hurlez pas que je suis cruel, les populistes véreux de France, de Navarre et des USA font la même chose avec vous bande de homards moutonniers, ils séparent pour mieux régner.Cela dit, trop occupés à dévorer les homards, j’ai omis de prendre la photo qui rend jaloux. Restait celle du déjeuner. Donc à midi, juste avant de partir à la vente aux enchères des belles bagnoles, j’avais préparé des crevettes flambées au Pastis sur lit d’échalotes confites par mes soins. Le sourire de Susan raconte le bonheur que nous avons eu à liquider la demie-livre par personne des belles crevettes.

Pour les homards, le plaisir fut élevé au carré. En l’absence de photos, il vous reste à me faire confiance.

Longue vie amoureuse à tous mes lecteurs.

126(2)

Il reste Botero

Saint Valentin 2020

Une vente aux enchères de belles autos se tient à Miami, nous y avons pointé le museau. Les 15$ par personne ajoutés aux 5$ du parking, frais non annoncés dans la plaquette de promotion, nous ont fait fuir vers d’autres cieux. L’après-midi étant désormais libre, nous nous sommes rabattus sur le musée Botero de Wynwood.

Un hangar qui ne paye pas de mine.Nous sommes accueillis par Picasso.L’esthétique géométrique de Picasso dialogue avec les rondeurs de Botero.Puisque l’on fait dans œcuménisme, Vasarely se doit d’être présent.Le couple au caniche avec chignon, pas la dame, c’est le chien qui est affublé du chignon, plonge Susan dans un moment d’hilarité.De mon côté, la rondeur du postérieur de la dame attire irrésistiblement une envie de fessée.Dans ce monde de violence, tout espoir n’est néanmoins pas perdu.Après l’écriture à plat en 3D, un tableau en 2D donne une impression de relief.Et puisque l’on parle de relief, un superbe papier alu froissé est exposé derrière un plexiglas pour le protéger à la fois des mains pleines de doigts mais aussi et sûrement pour lui éviter de devenir un ramasse poussière.Après la banane scotchée au mur, une nature morte en relief, éphémère car naturelle, accrochage qui avait provoqué la colère méritée des critiques d’art, on trouve ici une autre série de natures mortes significativement plus durables, celles-la.Juste avant de quitter cet espace fort bien agencé, nous sommes tombés, Susan et moi sur ce tableau.
Le style est connu. Saurez-vous deviner son nom ? Pour le savoir, cliquez sur le tableau.Comme nous étions partis pour aller voir des autos, nous terminerons sur mon jouet actuel qui est une réjouissante œuvre d’art industrielle.

75(1)

Huitième Décade / Top départ

31 janvier 2020

Triste jour  pour mon 71ième anniversaire, deux tragédies touchent le monde anglo-saxon.

  1. le sénat US vient de refuser de faire venir témoigner des acteurs qui auraient incriminé de façon définitive Bankrupt Pinocchio. Cet escroc sera acquitté au bénéfice d’un procès truqué. La démocratie US n’en sort pas grandie, elle aura donné l’image d’une vraie république bananière corrompue.
  2. Le gouvernement d’un populiste clownesque, Boris Johnson, épaulé par un populiste de bas étage et menteur patenté, Nigel Farage, réussissent à sortir l’Angleterre d’un traité que l’ultra droite de Thatcher avait réussi à faire dérailler pour éviter d’y entrer vraiment. L’Ecosse dans son immense sagesse ne serait-elle pas en train de préparer une sortie de l’UK pour rejoindre l’EU. Ce serait une revanche, tardive certes, mais une revanche tout de même pour Marie Stuart.

Heureusement que pour faire contre-poids à ces désastres, Susan avait organisé un dîner festif avec des amis proches. Susan, Claude et Gary  semblent captivés par un événement de la plus haute importance.L’objet de cette attention était un Carré d’Agneau préparé avec amour.
24 côtelettes pour 7 invités, le compte n’est pas rond, mais est-ce bien grave, Docteur ?Le clou de la soirée fut livré par Jeff Bezos via son épicerie personnelle, Whole Foods.
Fièrement je le porte lors de son immortalisation juste avant sa cannibalisation.Le repas terminé, café et pousse-café posent un point final à une bien belle soirée.Ni Gary, l’humain, ni Rusty, le canidé, ne le démentiront, ce fut une belle soirée.

A l’année prochaine.

266(1)

Saturday Night Fever (May be)

Samedi soir, avec Susan, nous avions deux objectifs, un happening d’Art et une concentration de machins motorisés.

Débutons par lle happening d’Art.Voila pour l’accueil, faudra que je trouve ce paillasson pour ma prochaine maison.Mais revenons à nos moutons, l’Art. Dans Flagger’s Village, une sorte de mélange de Montmartre et de Quartier Latin, ce quartier qui fut une zone industrielle, les vastes murs deviennent des supports de fresques. Désormais l’endroit accueille ces foires ou la drouille se mélange au mauvais goût même si parfois on y trouve aussi de belles créations.Art disiez-vous ? Pourquoi pas cela dépend aussi de votre point de vue.Comme les espaces sont vastes, dans ce hall, on retrouve une imitation des Carrières de Lumière des Baux de Provence.Les doryphores, acteurs saprophytes, s’accrochent à ces événements. Ici un bonimenteur tente de vous vendre son incapacité à prédire, de la façon la plus hasardeuse possible, un avenir non maîtrisé. De plus, cet escroc n’hésite pas à fourguer aux crédules de miraculeux et authentiques objets fabriqués dans des sweat-shop chinoises.Dans un corridor de la mort acoustique, niveau sonore criminel, d’autres gougnafiers vendent pour 8$, dans un infecte godet en plastic, un picrate simplement innommable.
A éviter.Et puisque nous parlons d’art, l’état fédéral, après avoir tenté d’insérer des questions tendancieuses dans le questionnaire du prochain recensement, recrute pour un peu moins de 20$ de l’heure les petites mains nécessaires à la collecte des données.Durant un court instant, j’ai tenté de masquer mes convictions dans ce stand improbable.Heureusement, mon éthique m’interdisait d’avancer masqué.
La prochaine fois j’achète son Tshirt.Pour terminer la soirée dont la vocation annoncée ne me semble plus vraiment évidente, à savoir la promotion de l’Art, nous nous sommes réfugiés à proximité d’une concentration annoncée de bagnoles et autres deux roues.
Raté, fiasco, NADA, NICHTS, ZILCH, pas une caisse, pas une Mobylette. Alors pour noyer notre déception, nous avons partagé et attaqué, dans un semi-fast food à vocation sudiste, un assortiment de barbaque avec side-dishes.
Estancot à recommander. Le moral aura quitté les chaussettes et sera remonté d’au moins un cran.
En ce qui concerne ce lieu de restauration, si ma bière fut servie dans un conteneur traditionnel, une bouteille, le verre de vin de Susan ne sortait pas d’un carafon ou d’une vessie mais fut livré dans un truc en plastique, machin scellé par un opercule à l’imitation des yoghourts. Novateur, n’est-ce pas ?C’est sans regrets que nous avons quitté cette soirée pour retrouver le cocon de Susan.

211(0)

Kustom Mobylettes et Tasses à Café

Sur la US1, non loin de chez Susan, se trouve un atelier de customisation des Mobylettes locales.
Rassurez-vous, mon jouet, le truc gris en arrière, plan n’est pas là pour se faire modifier.Mobylettes, certes, mais pas que. Pour des raisons qui me dépassent, le prix du machin à droite de l’image est de 15000$, oui quinze mille Piastres. Ils rêvent.Une fois dans la boutique, c’est la caverne d’Ali Baba. Les photos se passeront de commentaires.Cela dit, avec un réel savoir faire et un moteur de tondeuse à gazon, ils font des miracles.

115(0)

Sibérie : vague de chaleur

La température ressentie est relative à vos habitudes et votre mode de vie. L’hiver 1941-42 aura vu la Wehrmacht souffrir des attaques menées par les troupes sibériennes de l’Armée Rouge. Ainsi, le général Hiver aura une fois de plus sauvé Moscou.

Mais revenons à nos caniches.Susan se prépare à promener ses chiens et affronter une terrible vague de froid qui frigorifie la Floride. Ce soir par un 16° sans vent, il faut un courage immense pour offrir aux chiens une balade.Devant l’immense impatience des chiens, Nancy, la sœur de Susan prend son courage à deux mains et l’accompagne lors de cette périlleuse mission. A deux on affronte mieux le danger.

87(0)

Iguanes 2020

Le long du canal prospère une colonie d’iguanes.
Ci-dessous quelques individus croisés en cette mi-janvier.Ici un Iguane de type quai d’Orsay en costume gris rayures grises. Iguane de type BCBG.Et pour terminer un Iguane Punk, uniforme coloré, coiffure hirsute.

147(1)

Un manque de savoir vivre

Aux Etats-Unis en général et en Floride en particulier, le niveau de bruit que les restaurants imposent à leur clientèle frôle l’insupportable. Néanmoins, pour l’anniversaire de Beth, la fille de Susan, nous sommes allés dans un restaurant réputé pour sa carte.

Nous savions le lieu bruyant, ce que nous avions omis c’est que si le niveau de bruit est élevé, l’éclairage est  notoirement insuffisant. Il est si faible qu’il est impossible de lire la carte sans l’assistance de la fonction éclairage d’un smart-phone.Cette photo prise sans flash rend compte de l’ambiance lumineuse : Susan lit la carte grâce à l’éclairage de son smart-phone, Certains ont même honte de la situation car, malgré leur jeunesse, eux aussi ont besoin d’une l’assistance lumineuse.

Et l’addition me direz-vous.
Cette dernière est proportionnelle au bruit et donc inversement proportionnelle à l’éclairage.
Lumineux, non ?

La morale de cette histoire est que les prochaines invitations se feront très probablement à la maison.

80(1)