Archives de catégorie : Non classé

2020 / une / première

Après le clap de fin 2019, une page se tourne, 2020 peut débuter.Une idée lumineuse pour débuter l’année.Le Père Noël sur sa Harley Davidson parade devant une Crèche revisitée.Et le bienheureux auteur de ces illuminations s’installe au balcon et taille la bavette avec les nombreux visiteurs.
Restent deux questions, combien de sources de lumière, combien de Watts ?
En cliquant sur le lien suivant, je vous propose de me faire parvenir votre estimation.

Virée à Daytona

Fin Novembre 2019

Les traditions ont du bon, elles maintiennent le lien entre les amis.Cette année, le flambeau a été maintenu allumé malgré un raté l’année dernière.
Nous retrouvons Stephane et Joëlle, nos cousins du Québec qui honorent le Maudit Français et sa compagne anglophone avec les Lasagnes d’anthologie préparées par la Maître lui-même..Pour notre bonheur à tous, cette année Susan participe au dîner.
Les Lasagnes de Stéphane sont arrosées avec un Beaujolais Villages 2016. Une superbe soirée.
Nous nous sommes promis de nous retrouver à Fort Lauderdale dans le courant de l’hiver 2020 chez Susan.Pour la nuit, nous avions réservé une chambre dans une Maison d’Hôte, maison qui était simplement envahie par des amoureux de l’automobile venus à Daytona pour un événement que vous découvrirez plus bas.Bien que prise un peu tard dans la matinée, la photo des autos encore présentes sur le parking montre.
Nous sommes dans un endroit sérieux.Côté organisation, comme d’habitude, les américains sont à la hauteur : le très vaste parking, parfaitement fléché à proximité immédiate de l’expo, est gratuit.Cela dit, une fois l’auto garée, une parmi plusieurs milliers, une fois la visite terminée, comment faire pour la retrouver.
Simple, faire appel à la technologie moderne, mémoriser sa position GPS, cela palliera la mémoire défaillante et évitera d’inutiles râleries.L’exposition se tient à l’intérieur du Speedway de Daytona et le tunnel d’accès passe sous la piste.Comme ici on ne fait pas dans le minuscule, le qualificatif s’affiche sur la tribune centrale.Tribune centrale qui est encadrée par deux autres immenses tribunes.
Dès l’entrée le ton est donné : tout ce que l’automobile US peut offrir est exposé : de la restauration rigoureuse dans les règles de l’art à la customisation dégoulinante de chromes.Ici, une vue sur une partie de l’expo. Un puriste se doit d’y venir les trois jours.
Avec Susan nous userons nos semelles quatre heures, cela suffira à notre bonheur.A l’évidence, parmi les merveilles, on tombe aussi sur des crimes contre la mécanique.
Ici une Cadillac V16, oui seize cylindres en V.
Carrosserie et intérieur irréprochables mais le moteur est désormais un prolétarien V8 récent. BEURK !Dans la même veine, la fameuse Chevy 57, une enveloppe amoureusement remise à neuf. La photo suivante montre le BUG.Le bug est sous le capot : un moteur de Corvette. La voiture est totalement remaniée au plan mécanique. Elle satisfera le friqué qui voudra frimer sans avoir à se préoccuper de la maintenance. Les vraies vieilles bagnoles sont un sacerdoce. Ici pour un peu plus de cent mille Euros il est possible de frimer. Mais bon courage au couillon qui voudra l’importer en France, impossible de la faire certifier en véhicule de collection par la FFVE, elle a perdu son caractère original, il devra passer sous les fourches caudines de la RTI. Et ce n’est pas gagné.Une pensée émue envers un ami qui possède la même en restauration respectueuse.
Jean-Luc, inutile de râler, tu n’avais qu’à venir avec avec nous et te munir d’un marteau ou un cocktail Molotov.
Pour info, l’année prochaine, ici à Daytona, bis repetita fin novembre.Une solution pour les amateurs de propulsion hybride.OK, le cadrage est défaillant, toutefois on reconnaît l’expression du génie mécanique français, génie ici fort méconnu. Une 2CV-6 Club venue directement d’outre Rhin, la seule auto bien de chez nous. Le vendeur en voulait 15k€. En regardant de très près, une belle peinture masquait une misère qui, tôt ou tard, ne manquerait pas de remonter en surface et gâcher la joie de posséder un des monuments de l’ingénue ingénieuse ingénierie d’André Citroën.Un exemple de peinture vasarelo-graphique.Ça roule ça ? Je suis convaincu que le logo Bronco II n’est pas authentique.Pour me réconcilier avec les horreurs chromées rencontrées majoritairement, je tombe enfin sur l’auto qui représente, à mon avis, la plus grande réussite esthétique automobiles US de la seconde moitié du XX ième siècle, une Lincoln Continental 61-62-63 remise respectueusement à l’état neuf. Pour 30k€, avant négo, vous partez avec.
Les années suivantes, en perdant la pure simplicité de ses lignes, la Lincoln Continental s’est affadie. Les aficionados qui ont croisé ma Lincoln 1976 seront de mon avis.Avant de quitter les lieux, nous croisons un alignement de Hot Rods, un classique du genre ici.Enfin pour ceux qui suivent religieusement mes publications, une auto déjà croisée dans la rue à Fort Lauderdale l’année dernière.Afin de récupérer des nos immenses fatigues, avec Susan, sur le chemin du retour, la halte au Dixie Crossrods s’imposait.

397(1)

GAFA Raz le bol

GAFA, Google, Amazon, FaceBook, Apple possèdent des positions dominantes dans les services Internet. Ces quatre intervenants majeurs offrent des services initialement gratuits, souvent agréables d’usage, dans tous les cas à la portée du premier utilisateur venu. Et j’en ai été un utilisateur satisfait, au moins initialement.

Toutefois, avec le temps qui passe et l’expérience des services offerts, une fois la lune de miel passée, j’ai décidé de me prendre quelques distances avec ces services.

APPLE

Il y a une douzaine d’années j’avais acquis un iMac. Pour moi, au départ, ce fut une révélation, facile d’emploi et, à la différence de Windows, plutôt stable. Toutefois, Apple comme toutes les sociétés qui officient dans le logiciel, Apple ne se contente pas d’améliorer les logiciels en maintenant une rétro-compatibilité avec la version antérieure, de façon régulière, Apple passe à une version supérieure qui rend les applications de l’ancienne version incompatibles avec la nouvelle. Après avoir vu chez des amis l’interface 10.10 de MacOS qui changeait radicalement l’administration de la machine, j’ai décidé de ne pas migrer.

Dans les mois qui ont suivi, les nouvelles versions de nombreuses applications telles que la nouvelle version de FireFox, mon navigateur préféré, ne pouvaient être mises à jour car les nouvelles versions imposaient le dernier OS. En suivant les instructions constructeur, j’ai téléchargé la nouvelle version de MacOS. Cette nouvelle version refusait de s’installer au prétexte que mon ordinateur n’était pas assez puissant, qu’il manquait de mémoire.

Mon ordinateur et moi avons divorcé, notre union amoureuse aura été victime de l’obsolescence programmée.
Pour mon plus grand bonheur, je suis désormais maqué avec PC portable sous Linux.
Stable, pas grognon, un vrai bonheur. Exit Apple.

FACEBOOK

La tentation moutonnière de faire comme les copains et communiquer facilement m’a conduit à essayer FaceBook. Entre la vacuité des échanges lorsque ceux-ci ne sont pas toxiques et le côté chronophage du réseau dit social, j’ai clos le compte et ne m’en porte pas plus mal. FaceBook est une escroquerie, un déni de communication.

AMAZON

Comme tout un chacun j’utilise Amazon en concurrence avec “Le Bon Coin” et eBay pour des achats sur Internet. C’est un acte conscient, pas forcément socialement responsable, mais tellement facile. En revanche, à plusieurs reprises, je me suis fâché car à travers des interfaces trompeuses, j’ai acquis des services sans le savoir. Ces services entraînent des facturations récurrentes, que l’on s’en serve ou non. Amazon Prime en est un exemple flagrant.

Toutefois Jef Bezos, le patron d’Amazon, a sauvé le Washington Post, quotidien de référence, et lui a redonné un lustre réel. Le journal qui avait mis en lumière le crime du WaterGate méritait que je m’y abonne pour 10$ par mois. Agréable à lire, je ne trouvais rien à redire jusqu’au jour où me fut imposé une option payante pour m’affranchir des inserts publicitaires rendus alors intrusifs. Mêmes causes, mêmes effets, j’ai annulé mon abonnement et suis passé au New York Times. Cerise marketing, une fois mon abonnement résilié, je me suis vu offrir le même service pendant un an pour 30$ soit 4 fois moins cher. Comme quoi, la fidélité ne paye pas toujours.

Google

Depuis fort longtemps j’utilise les services gratuits offerts par Google, moteur de recherche, Gmail et Gdrive en particulier. Jusque là tout allait plutôt bien, certes les pubs ciblées avaient un côté un peu intrusif, mais la gratuité faisait passer la pilule.

Depuis mon divorce d’avec Apple, j’utilise Linux en tant qu’OS, Firefox est mon navigateur et Thunderbird, le mailer, se charge du traitement des boîtes aux lettres. Depuis plus de cinq ans, j’applique les mises à jour de l’OS, Ubuntu 16.04LTS, du navigateur et du mailer. Stabilité, convivialité, sécurité, pas de virus, pas d’intrusion, rien à signaler. Cinq années de bonheur.

Sauf que depuis peu, les comptes Gmail refusent de s’installer sous Thunderbird. Prétexte invoque par Google est une faiblesse dans la sécurité de Thunderbird. Tous les essais de contournement de ce refus sont restés vains. Impossible de faire tourner Thunderbird avec mes comptes Gmail. Il me fallait trouver une solution de repli stable.

Il y a déjà fort longtemps, j’ai acheté un nom de domaine, “cech.fr”, chez GANDI. A cette réservation de nom de domaine est incluse une option d’adresse courriel, certes limitée en nombre d’adresses et d’espace de stockage pour la partie incluse, mais option incluse qui peut être étendue pour un coût raisonnable.

Restait à vérifier la faisabilité de la migration et des performances offertes par le serveur mail hébergé par GANDI, en particulier le point critique des listes de diffusion. Avec de nombreux fournisseurs, la taille des listes de diffusion est limitée à quelques dizaines d’adresses par envoi. Gmail permet de gérer des listes d’envoi de cinq cents noms. Après importation des mon fichier d’adresses, j’ai pu faire un envoi vers plus de quatre cents adresses en un seul envoi. BINGO !

Il me restera à trouver une solution pour rapatrier les photos stockées dans le Cloud Google ainsi qu’un remplacement du calendrier associé à un de mes comptes Gmail. L’appétit venant en mangeant, je trouverai bien une solution.

Salut les GAFA, je me suis libéré de votre Opium du peuple. Et vous dans tout ça ?

296(2)

President Chirac and the USA

On September 26, 2019 Jacques Chirac died. True, he had already left us for some time. The disappearance of a French president, even if France is no longer the leader of the world, remains an important event. If this is true in France, but what about abroad? In the US, without making headline of the news and news channels, the disappearance of Jacques Chirac minimaly deserved an insert, an obituary, a eulogy. In fact the silence on this subject was deafening. Nothing. There was a time when such a disappearance would not remain unnoticed. Remember that during the Mass celebrated at Notre Dame de Paris to honor General de Gaulle, President Nixon had attended the ceremony. He had also traveled for the tribute to Georges Pompidou. The presence of the highest authorities of a country during such events demonstrate the quality of relations between two nations. The friendship between the French and American peoples can not be decreed, it is obvious. In spite of useless photo-ops, this two-hundred-year-old friendship seems, at least for the last three years, to be nothing more than a mere facade. At best we went into a parenthesis.

To Chirac’s tribute, the US government will be represented at the lowest possible level, probably the ambassador. It is necessary to look for the reasons for these absences, ie the lack of media coverage and the absence of protocol.

As for the silence of the media, the explanation is simple: an earthquake disrupts the usual logic of these tributes. After three years of outrages, provocations, lies, on September 24, 2019, the US president finally becomes the subject of an investigation launched by the House, a trial that should lead to a “Impeachement”. For three years, the proven level of his outrages, provocations and lies did not allow him to be charged with a good probability of being convicted. A whistle-blower has triggered a false step probably fatal for the current host of the White House: in order to prove no wrong doing, he has made public the transcript of a conversation with the President of Ukraine. This conversation with the democratically and newly elected president should have remained within the formal congratulations format. The transcript of this conversation shows unambiguously that the current US President has blackmailed the President of Ukraine to obtain information about the family of one of his possible contenders in the US presidential election of 2020. Whether in France or the US, involving a foreign country in a national election is a crime that puts that country at risk. In France it would be the High Court, in the USA it’s the Impeachement procedure. And the revelation of this crime occupies, saturates the American media space which sees in the probable fall of this President a revenge to the humiliations undergone, insults shouted since the beginning of the mandate by the present host of the White House.

If in France the disappearance of the former president occupies an important and justified place in the media, newspapers and other information channels. Here in the USA, it has not been mentioned by news channels, channels too busy decorticating, dissecting, analyzing the elements of the coming fall.

Another reason contributes to this silence. Following the attacks of September 11, 2001, France sided with the US and NATO nations to intervene in Afghanistan. Mutual defense agreements triggered a natural French participation in this intervention. The US then tried to involve the Allies in a war against Iraq to get rid of Sadam Hussein. The US government at the time claimed that Iraq had accumulated Weapons of Mass Destruction. This State lie about the WMD, a lie built up from scratch, was denounced by Jacques Chirac. This denunciation was received in the USA as a betrayal. Dominique de Villepin, Foreign Minister of Jacques Chirac, delivered at the United Nations a speech showing both the State lie of the US administration about the WMD and the unmanageable consequences of such intervention. Almost fifteen years later, this speech remains fair and visionary. The US has engaged the world in a mob like war whose real purpose was to appropriate the Iraqi oil wealth. This war in Iraq has given birth to a war of religion that is destroying the stability of the region and has collateral dammages all around the world. The US has probably not forgotten this lesson in international politics and, by their absence, the US administration underlines the correctness of the positions taken by Jacques Chirac.

If stupidity is rancorous, History remains in the long run final judge that shows the consequences of wrong decisions. When it comes to the second war in Iraq, Jacques Chirac was right. The populist, demagogic, lying speeches of Presidents 43 and 45 show their limits. Jacques Chirac denounced corrupt decisions. By not honoring his memory, your current administration shows, once again its limits.

365(0)

Un petit tour à Wien (Autriche)

15 septembre 2019

Avec mon pote de longue date, l’ami Claude, nous avons programmé une escapade en Autriche, à Wien (Vienne en français) en célibataires.

Que peut-on faire à Vienne sinon débuter le premier moment en allant dans une Bierstube.Et se poser la seule question qui mérite de l’être, à savoir comment allons nous accompagner cette cervoise digne de sa réputation.Fastoche, une Wienerschnitzel reste la seule et unique solution.D’ailleurs, pour faire simple, sur les quatre repas, la commande sera dupliquée :
deux bières et deux Schnitzel(s).Naturellement nous aurons évité la désastreuse faute de goût, une halte dans un néfaste food.Cela dit nous aurions pu choisir de manger Koscher, Ce supermarché ne propose pas simplement de la nourriture Koscher mais de la nourriture Koscherer ce qui signifie encore plus Koscher. Coluche avait déjà souligné le concept avec “Plus blanc que blanc”. Si les rabbins du cru ont repris ce concept, ils sont malheureusement beaucoup moins drôles.Pour aller à Vienne centre ville, il suffit de passer le pont.
Et ce n’est pas le Danube mais simplement le canal latéral.Vienne, ville de culture, ville de Sigmund et d’une tradition emprunte de culture juive.
La preuve ce bâtiment abrite de bon droit l’Université JU IDICUM.
Ce bâtiment ne manque pas d’air, enfin pas trop.Vienne, ville cosmopolite, n’oublie pas d’honorer de célèbres personnages.
Parmi ceux-ci on trouve l’immortel Otto(mobile expert) Gary Bauer.Le discret François Hollande n’est pas oublié.Ni même Barbara dont le superbe restaurant d’Orange Vaucluse, le Peperoncino di Barbara, se voit être reconnu jusqu’à Vienne.Mais il n’y a pas que les restaurants dans la vie, la Kultur a aussi sa place, en particulier avec l’architecture baroque.Un peu chargé me direz-vous. J’en conviens volontiers.Adjoint à cette église se trouve le Cloître de Dominique.
Si un jour après son Alya elle décide de faire Techouva, son adresse est toute trouvée.Vienne est un doux mélange de traditions.Et de post-modernité. Car où trouve-t-on encore des cabines téléphoniques fonctionnelles ?Autre exemple de ce mélange modernité-traditions, le Palais Cobourg, un hôtel de grand luxe qui offre aussi un service le location de coffres-forts.Et pour conclure ce superbe moment, nous rejoindrons l’aéroport par le train.
Normal, car à Vienne, les transports en commun  sont plus qu’accessibles,
le billet Vienne centre<->aéroport coûte moins de 2,50€ à comparer avec les 10€ pour rejoindre Roissy CdG..

561(1)

Next vacations / Prochaines vacances

The English version is at the bottom of the page.

Août 2019

Passer des vacances heureuses et revenir sans plaies ni bosses et encore moins avec une balle dans le buffet, il convient de bien choisir son lieu de villégiature. En prenant comme référence le risque d’être tué par une arme à feu, quel pays dois-je choisir.

  1. Irak
  2. Afghanistan
  3. Etats-Unis d’Amérique

Pour en savoir plus, cliquez sur le pays de votre choix.
Bon voyage

 

August 2019

It would be a shame to be killed by a bullet during your vacation.
To figure out the safest country, click on one of the links below to choose your destination.

  1. Iraq
  2. Afghanistan
  3. USA

Have a safe trip.

623(0)

Une Tasse à Café

5 juin 2019

USA, haut lieu de la grosse moto, la Harley-Davidson, les USA produisent aussi des trucs genre Mobylette, tasse à Café, ce machin au bruit de moustique qui permet aux pré-ados de frimer et mesurer, non leur bistouquette, mais le niveau de bruit de leur engin.Voila le résultat, un vélo auquel on adjoint un réservoir et un truc à brûler de l’essence et brutaliser les oreilles des bourgeois à proximité.

La vraie question est de savoir si ce machin s’achète en boutique ou est le résultat d’une élucubration d’un bricoleur suffisamment adroit.

La vidéo YouTube ci-dessus vous donnera la réponse.

579(0)