Archives de catégorie : Politique

Où est Ted Lasso

17 octobre 2021

 

Pour des raisons d’image, je prétends ne pas être accro à la Lucarne à Blaireaux. Parfois, je le suis, c’est en particulier vrai pour la série Ted Lasso, série primée aux Emmy Awards. Cette série est une transposition des Lettres Persanes de Montesquieux. Elle met en scène un Coach de Foot US qui ne connait rien au Foot (le vrai) et qui dirige une équipe de milieu de tableau du championnat de « Premier Ligue » en Angleterre.

Chaque vendredi, sur Apple TV, un nouvel épisode est enfin disponible, je peux assouvir mon manque et le contenir jusqu’au prochain épisode.

Mais ça, c’était avant. Ce vendredi, pas de nouvel épisode. Un retard inexpliqué, attendons samedi. Samedi, NADA, ZILCH, rien. En regardant les news US, je pense avoir compris qu’un changement important prend place dans nos sociétés occidentales, un renversement de la relation de domination.

En 1981, Reagan a cassé la grève des contrôleurs aériens. En cela, Reagan accompagne la démarche suivie par Thatcher pour casser les syndicats et promouvoir le libéralisme économique, la déréglementation. Le Podcast ci-dessous décrit l’événement fondateur qui structure les quarante années à venir, celles de la Doxa du Marché, celles du renard libre dans un poulailler libre, celles de la disparition de la classe moyenne.

For personal reasons, I claim not to be addicted to the idiot box. Sometimes I am, especially for the Ted Lasso Emmy Award Series. This series is a transposition of the Persian Letters of Montesquieux. It features a US Coach who knows nothing about football (Soccer the true thing) and who leads a midfield team of the « Premier League », the Football championship in England.

Every Friday, on Apple TV, a new episode is finally available, I can satisfy my addiction and wait in a semi comatose peace till the next episode.

But that was before. This Friday, no new episode. An unexplained delay, so let’s wait for Saturday. Saturday, NADA, ZILCH, nothing. Looking at the US news, I think I understood that an important change is taking place in our Western societies, a reversal of the relationship of domination.

In 1981, Reagan broke the air traffic controller strike. In this, Reagan adopted a similar policy to the one followed by Thatcher to break the unions and promote economic liberalism, deregulation. The Podcast below recalls the founding event that structures the next forty years, those leading to libertarrianism, a doctrine that promotes markets over rules, the free fox in a free henhouse, those of the disappearance of the middle class.

Pendant les quarante années qui ont suivi cette victoire du libéralisme économique sur les syndicats, les écarts de revenus entre les possédants et les autres se sont accrus. De 1 à 30 dans les années 50, un dirigeant d’entreprise gagnait 30 fois le salaire minimum, à 1 pour 1000 et plus aujourd’hui. Et pourtant si la richesse globale s’est accrue, celle-ci n’a pas profité à l’ensemble de la population mais à une infime minorité.

Pour que cette Doxa de la prévalence du libéralisme économique sur le vivre ensemble cesse, il fallait un séisme pour créer cette rupture. Ce séisme fut la COVID.

During the forty years that followed this victory of economic liberalism over the trade unions, the income gap between the owners and the others increased. From 1 to 30 in the 1950s, a business executive earned 30 times the minimum wage, to 1 in 1000 or more today. And yet if the global wealth has increased, it has not benefited the entire population but a tiny minority.

For this Doxa of the prevalence of economic liberalism on living together to cease, an earthquake was needed to create this rupture. This earthquake was COVID.

Après quarante années de pression sur les salariés de faible qualification, la COVID, en imposant une pause dans l’activité de la majorité des salariés, cette pause forcée aura ouvert une réflexion sur la fonction du travail dans la société.

De nombreux employés mis au chômage technique disposaient du bien le plus précieux, le temps. Et nombreux sont ceux qui ont cherché et trouvé des emplois dans d’autres activités, activités mieux payées, moins contraignantes. Aux US, les secteurs les plus touchés par cette migration sont hostellerie, la restauration, les chauffeurs routiers, mais pas seulement. En fait, les employés en chômage technique prennent conscience des coûts induits par le travail, garde des enfants, transport…, ils mesurent les rapports entre les coûts induits et les bénéfices liés à la rémunération. Si cette rémunération est faible, l’incitation au retour dans le même emploi, dans des conditions semblables, s’amenuise et elle s’amenuise d’autant plus que d’autres opportunités d’emploi existent. C’est la beauté d’un retour vers le plein emploi.

Les grèves dans de nombreuses entreprises, tous secteurs confondus, portent à la fois sur les salaires et les conditions de travail. Ces grèves sont si nombreuses que les chaînes de News rebaptisent le mois d’octobre « Striketober ».

Il semblerait que les rapports de force employeurs-employés à défaut de se renverser, ces rapports enfin s’équilibrent. Ce rééquilibrage mérite bien que la publication des nouveaux épisodes de Ted Lasso soient retardés.

Et pour conclure, l’intervention de Robert Reich offre une réelle perspective sur les enjeux réels de l’économie dans une démocratie. Les gains, profits, améliorations doivent-ils profiter exclusivement aux possédants ou à l’ensemble de la société. 

After forty years of pressure on low-skilled workers, COVID, by imposing a pause in the activity of the majority of employees, this forced pause will have opened a reflection on the function of work in society.

Many employees put out of work were offered the most precious asset, time. During this forced moments of inactivity, many have sought and found jobs in other activities, activities that offered better pay, decent working conditions. In the US, the sectors most affected by this migration are hospitality, catering, truck drivers, but not only. In fact, employees being pushed out of the work force became aware of the costs induced by work, childcare, transportation…, they measure the relationship between the costs induced and the benefits related to remuneration. If this remuneration is low, the incentive to return to the same job, under similar conditions, diminishes and diminishes all the more as other employment opportunities exist. This is the beauty of returning to full employment.

Strikes in many companies, in all sectors combined, concern both wages and working conditions. These strikes are so numerous that the News channels rename the month of October « Striketober ».

It seems that the power relations between employers and employees, if not reversed, these relations finally balance. This rebalancing deserves that the publication of the new episodes of Ted Lasso are delayed.

And to conclude, the intervention of Robert Reich offers a real perspective on the real stakes of the economy in a democracy. Gains, profits, improvements must benefit exclusively the owners or the whole of society. 

16(1)

USA 2021 = Weimar 1931

12 octobre 2021

 

L’incapacité de la classe politique, celle des USA mais pas seulement elle, de lutter contre le Grand Mensonge,  contre le déni de réalité nous place, nous les démocraties occidentales dans une position semblable à celle de la République de Weimar en 1931. La démocratie disparaîtra pour une douzaine d’années, 75 millions d’humains seront tués.

Quelques exemples, les lois liberticides sur l’avortement du Texas, l’exclusion des registres électoraux des noirs, des hispaniques, le maintien dans le corps législatif du Sénat dans sa forme actuelle, deux sénateurs par état, deux pour la Californie (37 millions), deux pour le Wyoming (1/2 million), ces distorsions provoquent un blocage de la société américaine. 

Ces distorsions conduisent les USA, l’Europe ne pourra que suivre, vers une dérive autocratique. Cette dérive avait déjà été évoquée lors d’un précédent article.

Bill Maher décrit lui aussi cette même dérive.

Amoureux de la démocratie, unissez vous !

The inability of the political class, that of the United States but not only it, to fight the Big Lie, against the denial of reality, places us Western democracies in a position similar to that of the Weimar Republic in 1931.

Soon, in Germany, Democracy will disappear for  twelve years, 75 million people will die.

A few examples.
Texas’s draconian abortion laws, the exclusion of the electoral registers of Blacks, Hispanics, keeping in the legislative body of the Senate in its current undemocratic form, two senators per state, two for California (37 million), two for Wyoming (1/2 million), these distortions cause a blockage of American society. 

These distortions lead the USA, Europe will only follow, towards an autocratic drift. 
This drift had already been mentioned in a previous article.

Bill Maher also describes this same drift.

Lovers of democracy, unite!

144(0)

Bis Repetita

5 octobre 2021

Article retrouvé qui n’avait pas été publié en mode bi-lingue. Si les statistiques de Floride sont désormais onsolètes, à la date de la rédaction, elles étaient exactes.

Recovered article that had not been published. While Florida’s statistics are now accurate, as of the date of writing, they were accurate.

Pour voir l’article / To see the article / Cliquer ICI – Click HERE

Liberté et Censure

3 octobre 2021

L’article publié le 1 octobre pose le problème de la légitimité d’une censure, non par une autorité gouvernementale, mais par la presse. Sur ce sujet trois citations doivent guider notre réflexion. Dans cette première citation Saint Just expose une contradiction fondamentale. Par la deuxième, Henri Poincaré éclaire les impasses où conduit l’ignorance. Enfin Albert Einstein rappelle que si la connaissance ouvre des droits qu’il faut refuser à l’ignorance, le savoir impose la rigueur de l’humilité.

– « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. »
Saint Just
– « Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir. »
Henri Poincaré
– « Plus j’apprends, plus je réalise que je ne sais pas. »
Albert Einstein

The article published on 1 October raises the problem of the legitimacy of censorship, not by a government authority, but by the press. On this subject three quotations must guide our reflection. In this first quotation Saint Just exposes a fundamental contradiction. By the second, Henri Poincaré illuminates the dead-ends where ignorance leads. Finally Albert Einstein recalls that if knowledge opens up rights that must be denied to ignorance, knowledge imposes the rigor of humility.

– « No freedom for the enemies of freedom. »
Saint Just
– « Doubting everything or believing everything are equally convenient solutions, both of which dispense us from thinking. »
Henri Poincaré
– « The more I learn, the more I realize I don’t know. »
Albert Einstein

Pas de Liberté pour les ennemis de la Liberté.

Dès le début de cette réflexion, un problème se pose, celui de la liberté. En anglais US le mot « Liberté » accepte deux traductions possibles, à savoir « Liberty » et « Freedom ».

Une indication se repère dans le Premier Amendement de la Constitution US, celui-ci contient l’expression suivante « abridging the freedom of speech » , à savoir « l’interdiction de restreindre la liberté d’expression. » Mais si cette liberté expression permet la diffusion de contre-vérités, de mensonges avérés, les organes d’information se doivent-ils de rapporter le mensonge, la contre-vérité.

En la rapportant, ils confèrent au mensonge, à la contre-vérité une valeur qui offre aux tenants du doute et de conspiration d’inutiles arguments. En cela, la censure se justifie.

Une décision prise par Google début octobre 2021 va dans ce sens. Désormais, sur YouTube, les vidéos anti-vaccin sont désormais banies. Reste à FaceBook de faire de même.

No freedom for the enemies of freedom.

From the beginning of this reflection, a problem arises, that of freedom. In English the French word « Liberté » accepts two possible translations, namely « Liberty » and « Freedom ».

An indication is found in the First Amendment of the US Constitution, which contains the following expression « abridging the freedom of speech », namely « the prohibition on restricting freedom of expression. » But if this freedom of expression enables the dissemination of untruths, of proven lies, should the organs of information report the lie, the untruth.

By reporting it, they confer upon falsehood, upon the untruth, a value which offers to the proponents of doubt and conspiracy unnecessary arguments. In this, censorship is justified.

A decision taken by Google at the beginning of October 2021 goes in this direction. Now, on YouTube, the anti-vaccine videos are banished. Let FaceBook do the same.

Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir.

Si le regard critique permet à la science d’avancer, parfois la remise en cause de vérités admises ouvre la porte à de belles avancées. Toutefois, pour offrir une réelle pertinence, les remises en cause doivent s’appuyer sur des faits, pas sur de simples croyances répétées.

En revanche, si la tautologie ne forme pas la vérité, la répétition de contre-vérités, de mensonges, elle renforce superstitions et asservissements. 

En cela les médias se doivent de censurer l’inutile, dangereuse répétition.

Doubting everything or believing everything are equally convenient solutions, both of which dispense us from thinking.

If the critical gaze on knowledge allows science to advance, sometimes the questioning of admitted truths opens the door to beautiful advances. However, to be truly relevant, challenges must be based on facts, not on mere repeated beliefs.

On the other hand, if tautology does not form the truth, the repetition of untruths, lies, reinforces superstitions and enslavements.

In this the media should censor the useless, dangerous repetition.

Plus j’apprends, plus je réalise que je ne sais pas.

En affirmant que l’avancée de la connaissance permet de mesurer le chemin restant à parcourir pour arriver au Savoir, Albert Einstein souligne que l’ignorance ouvre la porte aux certitudes infondées. C’est probablement pourquoi les églises valorisent l’ignorance pour imposer leur pouvoir. Souvenez-vous du procès intenté par le Pape à Galilée qui avait découvert que la terre tournait autour du soleil et non le contraire. 

Les mensonges répétés par Pinocchio à propos du COVID auront tué en octobre 2021 plus de sept cents mille américains.

Les mensonges répétés par Pinocchio à propos des élections, il prétend contre l’évidence qu’elles lui ont été volées, ces mensonges détruisent la Démocratie et ouvrent la porte à un virage fasciste aux USA. Et celui-ci est déjà bien engagé. 

La censure des mensonges n’est probablement pas la solution, mais leur répétition aura donné corps à la diffusion de la pandémie, aura donné corps au retour des vieux démons populistes du racisme, de l’autocratie.

The more I learn, the more I realize I don’t know.

By affirming that the advance of knowledge makes it possible to measure the infinite distance to Knowledge, Albert Einstein stresses that ignorance opens the door to unfounded certainties. This is probably why churches value ignorance to impose their power. Remember the lawsuit brought by the Pope against Galileo who had discovered that the earth revolved around the sun and not the opposite. 

Pinocchio’s repeated lies about COVID will have killed more than seven hundred thousand Americans in October 2021.

The lies repeated by Pinocchio about the elections, he claims against the evidence that they were stolen from him, these lies destroy Democracy, they open the door to a fascist shift in the USA. And this shift is already well engaged.

Censorship of lies is probably not the solution, but their repetition will have given substance to the spread of the pandemic, will have given substance to the return of the old populist demons of racism, of autocracy.

101(0)

Mensonge et Information

1 octobre 2021

 

Les médias qu’elles portent l’information via le papier, la radio ou la télévision ou l’Internet doivent fournir une information vraie et si possible vérifiée. Cela se nomme le croisement des sources.

Malheureusement, dans de nombreux cas, le croisement est difficile voire même impossible. C’est le plus souvent le cas lorsqu’il s’agit d’opinions politiques. Dans ce cas, pour garantir une information honnête, la solution la plus simple consiste à donner la parole à tous les intervenants. Mais cette apparente solution répond-elle à l’exigence de la fourniture d’une information honnête ?

 

The media wether they carry the information via paper, radio or television or the Internet must provide a true and if possible verified information. This is called source crossing.

Unfortunately, in many cases, crossing is difficult if not impossible. This is most often the case when it comes to political opinions. In this case, to ensure honest information, the simplest solution is to give everyone the floor. But does this apparent solution meet the requirement of providing honest information?

Que se passe-t-il si une opinion se structure autour d’un mensonge avéré. Dans ce cas, une information honnête doit-elle se comporter en porte-parole du mensonge et accorder au mensonge la même place que l’expression de la réalité.

Souvenons-nous de ce qu’affirmait un orfèvre du mensonge, Joseph Goebbels : 
« Je größer die Lüge, desto leichter verkauft sie sich an die Öffentlichkeit.« 
« Plus le mensonge est gros, mieux il passe ».
A titre personnel, j’ajoute qu’un mensonge répété tend à devenir vérité.

Prenons deux exemples de mensonges répétés à l’envie par l’ancien Pinocchio de la Maison Blanche, 
– Les élections US de 2020 ont été truquées,
– Le COVID est une illusion entretenue par les scientifiques corrompus,
– Les vaccins sont des chevaux de Troie pour vous asservir.

What happens if an opinion is structured around a proven lie. In this case, should an honest information Media act as a spokesman for the lie and give the lie the same value, the same coverage than the one reality deserves.

Let us remember what a goldsmith of falsehood, Joseph Goebbels, said: 
« Je grosser die the Lüge, desto leichter verkauft sie sich an die Öffentlichkeit.« 
« The bigger the lie, the easier it is to sell it to the public ».
Personally, let me add that a repeated lie tends to become truth.

Let’s take two examples of lies repeated to the envy of the former Pinocchio of the White House, 
– The 2020 elections were rigged,
– COVID is an illusion nurtured by corrupt scientists,
– Vaccines are Trojan horses to enslave you.

En d’autres termes, lorsqu’un mensonge avéré se retrouve mis en avant par un politique, ce mensonge, au nom de l’équité, doit-il être rapporté, répété ?

En d’autres termes, doit-on mettre sur le même plan la parole d’un scientifique et celle d’un conspirationiste ?

En d’autres termes, devons-nous accorder aux réseaux dits sociaux le droit de diffuser mensonges avérés au nom de la liberté d’opinion ?

In other words, when proven lies are put forward by a politician, a talk show host or guest, a lobbist, do these lies, in the name of fairness, have to be reported, repeated?

In other words, should we put on the same level the word of a scientist and that of a conspirationist?

In other words, should we give social networks the right to spread proven lies in the name of freedom of opinion?


140(0)

Filibuster

13 septembre 2021

 

Lorsque je discute politique avec des conservateurs US, en fait des réactionnaires, je me vois souvent opposer à une réflexion éthique les deux arguments suivants qui, à leurs yeux, ferment le débat et leur donne définitivement raison :

  • The Will of the Founding Fathers
    La Volonté des Pères Fondateurs
  • The Rule of Law
    La Force de la Loi

Dans 95% des cas ces deux arguments élèvent une muraille qui clot la conversation. A l’évidence mes interlocuteurs sont américains, leur éducation, leur supposée familiarité avec l’Histoire des USA leur donne un avantage qu’il m’est difficile de contredire.

Il existe au Sénat US une procédure nommée le Filibuster. Elle permet à un minorité de sénateurs (41 sur 100) , de bloquer un projet de loi. L’idée derrière le Filibuster est de forcer les législateurs à s’entendre pour voter des lois qui satisfont l’ensemble de la population et non des intérêts particuliers.

A priori, le Filibuster permet d’éviter la dictature de la majorité du moment. Le concept, en soi, ne manque pas d’intérêt. Le cours sur les Institutions proposé dans le clip suivant montre la vanité, l’absence de fondement des deux arguments habituellement opposés. 

When I discuss politics with US Conservatives, in fact reactionaries, I often find myself opposed to ethical reflection on the following two arguments which, in their eyes, close the debate and give them definitive reason:

  • The Will of the Founding Fathers
  • The Rule of Law

In 95% of cases these two arguments raise a wall that closes the conversation. Obviously my interlocutors are American, their education, their supposed familiarity with the History of the USA gives them an advantage that it is difficult to contradict. If I cannot oppose  any argument about the will of the Founding Fathers, in most cases, I am positive, my interlocutors never read anything original on this very subject.

There is a procedure in the US Senate called the Filibuster. It allows a minority of senators (41 out of 100) to block a bill. The idea behind the Filibuster is to force legislators to agree to pass laws that satisfy the entire population and not particular interests.

A priori, the Filibuster avoids the dictatorship of the majority of the moment. The concept, in itself, does not lack interest. The course on Institutions proposed in the following clip shows the vanity, the lack of foundation of the two arguments usually opposed.

Pour éclairer ce clip, un mot sur la biographie de l’auteur du clip.

Robert Reich est né le à Scranton (Pennsylvanie), c’est  un universitaire et homme  politique américain, professeur à l’université de Berkeley, il est diplomé des universités de Yale et Oxford. 

Et que dit Robert Reich sur ce sujet ?

  1. Le Filibuster est une invention sans aucune base constitutionnelle.
  2. Le Filibuster ouvre la porte à une dictature de la minorité, dictature qui interdit de prendre des décisions difficiles, entrée en guerre tardive en 1917, refus d’intégration raciale…
  3. Le Filibuster est désormais utilisé systématiquement par les réactionnaires de tous bords pour bloquer toute avancée législative.

Le Filibuster, le déni de réalité, les lois d’exclusion électorale sont des combats d’arrière garde d’un groupe ethnique qui perd le pouvoir en perdant sa mojorité démographique. Il faut espérer qu’à terme, les nouvelles majorités sauront pratiquer l’inclusion, seule politique de progrès et non l’exclusion génératrice de frustrations et de conflits.

To offer some background about this clip, a word on the biography of the author.

Robert Reich was born on 24 June 1946 in Scranton (Pennsylvania), he is an American academic and politician, professor at the University of Berkeley, he is a graduate of the Universities of Yale and Oxford. 

And what does Robert Reich say about this?

  1. Filibuster is an invention without any constitutional basis.
  2. The Filibuster opens the door to a dictatorship of the minority, dictatorship that forbids to take difficult decisions, late entry into war in 1917, refusal of racial integration…
  3. The Filibuster is now systematically used by reactionaries on all sides to block any legislative progress.

Filibuster, denial of reality, electoral exclusion laws are rear-guard battles of an ethnic group that loses power by losing its demographic majority. It is to be hoped that in the long term, the new majorities will be able to practice inclusion, the only policy of progress and not exclusion that generates frustration and conflict.

 


233(0)

Texas / Manichéisme le retour

11 septembre 2021

 

Depuis les années Reagan, le parti Républicain se complaît dans le mensonge. Si comme l’affirmait de Gaulle, la dissimulation est une arme en politique, le mensonge conduit le plus souvent à des conduites criminelles. Pour citer un fin connaisseur en matière de crime, le ministre de Napoléon, Joseph Fouché, affirmait
« C’est pire qu’un crime, c’est une faute ».

Aujourd’hui, le mensonge devient un péché véniel, la règle du discours de la droite US est le déni de la réalité. 

  • Déni de l’Histoire à travers la valorisation des félons sécessionnistes,
  • Déni des résultats issus processus démocratiques,
  • Déni des réponses proposées par la science pour répondre au défis de la COVID,
  • Déni du droit des femmes à choisir la maternité.

Ces deux derniers points pointent les contradictions dans lesquelles le parti Républicain s’enferme. Au nom de la liberté du choix individuel, il refuse l’imposition du masque ou du vaccin. Au nom de la protection de la vie, il refuse aux femmes le droit de terminer une grossesse non souhaitée.

Il semblait difficile de s’enfoncer encore plus profondément dans le déni, pourtant Greg Abbott, le gouverneur du Texas aura réussi à franchir le mur du çon.

Since the Reagan years, the Republican Party has indulged in lies. If, as De Gaulle said, concealment is a weapon in politics, lying often leads to criminal conduct. To quote a connoisseur of crime, Napoleon’s minister, Joseph Fouché, said:
« It’s worse than a crime, it’s a mistake ».

Today, lying becomes a venial sin. To reach a step above, the new rethoric of the US right now uses the denial of reality. 

  • Denial of History through the valorization of secessionist federations,
  • Denial of results from democratic processes,
  • Denial of science-based responses to COVID challenges,
  • Denial of women’s right to choose maternity.

These last two points point to the contradictions in which the Republican Party locks itself in. In the name of freedom of individual choice, he refuses to impose the mask or the vaccine. In the name of life protection, it denies women the right to chose to carry or interrupt a pregnancy.

It seemed difficult to sink even deeper into denial, yet Greg Abbott, the governor of Texas will have succeeded in this challenge.

The video below is the obvious proof that Greg Abbott successfully broke the Stupidity Barrier.

Au Texas la loi interdisant de facto l’avortement ne permet aucune exception au delà de six semaines. Aucune exception en cas de danger pour la santé de la femme, aucune exception en cas de viol ou d’inceste. Souvenons-nous qu’un viol ou une inceste provoque un trauma qui souvent interdit à la victime de se prendre en charge. De plus, la prise en compte d’une grossesse, désirée ou non, est rarement atteinte avant six semaines.

Afin de protéger les femmes, le totipotent Greg Abbott se propose d’éliminer le viol et l’inceste sur le territoire du Texas. En désignant l’unique ennemi de la femme, il rejoint quelques grands hommes qui ont eux aussi souhaité éradiquer de la terre quelques nuisibles choisis et ainsi rendre à l’humanité le bonheur qu’elle mérite. Offrons une courte liste des bienfaiteurs de l’humanité et de leur cible désignée :

  • Hitler : les juifs
  • Staline : les capitalistes
  • MacCarthy : les communistes
  • Greg Abbott : les violeurs
  • JL Cech : les coiffeurs, cela dit pourquoi les coiffeurs.

Méfiez-vous des manichéens : leur doctrine maximaliste et simplificatrice fait d’eux des criminels à la mesure des Taliban, des Nazis ou des Khmers Rouges.

The Texas law prohibiting de facto abortion does not allow any exception beyond six weeks. No exception in case of danger to the health of the woman, no exception in case of rape or incest. Remember that rape or incest causes trauma that often prevents the victim from acknowledging their pregnancy. Moreover, the consideration of a pregnancy, desired or not, is rarely reached before six weeks.

So the omnipotent Greg Abbott proposes to eliminate rape and incest on the territory of Texas. Good luck.

By designating the only enemy of women, he joins some great men who also wished to eradicate from the earth the designated rodents and thus restore to humanity its deserved happiness. Let us offer a short list of the benefactors of humanity and their targets:

  • Hitler: the Jews
  • Stalin: the capitalists
  • MacCarthy: the Communists
  • Greg Abbott: Rapists
  • JL Cech: Hairdressers, but why the hairdressers you may ask.

Beware of the Manichean. Their maximalist and simplifying doctrine makes them criminals. They play in the same ball park than the Taliban, the Nazis or the Khmer Rouge.


197(0)

USA une Crise de la Démocratie

3 septembre 2021

Depuis l’élection de 1964, élection qui opposa Lindon Johnson et Barry Goldwater, les conservateurs tentent d’imposer des normes antidémocratiques. De Nixon à Reagan, de Bush fils à Trump, le mensonge, la dissimulation, le rejet de la différence, la confiscation des droits de la femme sont devenus les axes de l’action des conservateurs, en fait des réactionnaires. Si les présidences de Carter, Clinton et Obama avaient ralenti la descente vers une dictature fasciste, les dernières décennies ont creusé la tombe du modèle de démocratie qui avait été promu depuis Roosevelt, Truman et Eisenhower. C’est ce modèle de liberté individuelle qui aura fait tomber l’URSS et le modèle marxiste-léniniste.

09/03/2021

Since the 1964 election between Lindon Johnson and Barry Goldwater, the Conservatives have tried to impose undemocratic standards. From Nixon to Reagan, from Bush Junior to Trump, the lie, the concealment, the rejection of difference, the confiscation of women’s rights have become the axes of action of the so-called conservatives, in fact reactionaries. If the presidencies of Carter, Clinton and Obama had slowed down the descent towards a fascist dictatorship, the last decades have dug the grave of the model of democracy that had been promoted since Roosevelt, Truman and Eisenhower. If some pretend that Reagan defeated the Soviet Union, it was this model of individual freedom that brought down the USSR and the Marxist-Leninist model.

Mise en perspective

Les USA ont de tout temps promu, avec plus ou moins de véhémence, l’isolationnisme. L’entrée dans la Grande Guerre en 1917 fut déclenchée par l’attaque sous-marine du Lusitania. Il aura fallu que les Japonais attaquent Pearl Harbour en décembre 1941 pour que Roosevelt puisse obtenir du Sénat l’autorisation d’entrer en guerre. Une fois l’Allemagne nazie vaincue, une fois la capitulation du Japon acquise, très rapidement l’ennemi sera désigné, ce sera le socialisme. Naturellement, la confusion volontairement créée par les politiciens US entre communisme, socialisme et marxisme-léninisme permet de désigner l’ennemi à bon compte. Par le mensonge éhonté, par des accusations infondées, la corruption du Maccarthysme aura ouvert une plaie.  La guerre froide ainsi engagée aura raidi les positions de part et d’autre dans une opposition plus ou moins artificielle.

Une fois l’URSS disparue, l’ennemi socialiste laisse un trou béant, l’insulte suprême « socialiste » ne pouvant plus désigner l’ancien ennemi, l’insulte permet de tenter de disqualifier toute proposition, toute tentative de progrès social tel qu’une couverture santé ou un accès gratuit à l’éducation. Les quarante années de guerre froide ont formaté une méfiance du progrès social à travers l’ensemble de la société. Cette méfiance permet à l’extrême droite de disposer d’une force de frappe, le prolétariat en adoptant cette idéologie ultralibérale joue contre son camp.

Et cette rhétorique d’exclusion n’est pas sans conséquences, elle valide la négation des crimes nazis, la négation de la démocratie, la négation des droits de la femme. Ces trois négations sont les premiers pas d’une descente vers une dictature populiste d’extrême droite, les premiers pas vers un Reich IV dont la capitale ne sera plus Berlin, mais Washington.

Perspective

The USA has always promoted isolationism, with more or less vehemence. The entry into the Great War in 1917 was triggered by the underwater torpedo attack of the Lusitania. It was not until the Japanese attacked Pearl Harbour in December 1941 that Roosevelt was allowed to enter the war by the Senate. Once Nazi Germany was defeated, once Japan had surrendered, very quickly another enemy will be designated, with good reasons Stalin’s socialism became the target. Of course, the intentional confusion created by US politicians between communism, socialism and Marxism-Leninism makes it possible pointing the new enemy was an easy task. By the shameless lie, by the mix of real and unfounded accusations, the corruption of Maccarthysm opened a wound.  The Cold War once initiated hardened the positions on both sides in a more or less artificial opposition.

Once the USSR disappeared, the socialist enemy left a gaping hole. The supreme insult « socialist » could no longer designate the former enemy. The « Socialist » insult now disqualifies any proposal, any attempt at social progress such as health coverage or free access to education. The forty years of the Cold War created a distrust of social progress throughout society as a whole. This mistrust allowed the extreme right to have a strike force. Blindly the proletariat adopted this ultra liberal ideology, not understanding that it plays against its own interest.

And this rhetoric of exclusion is not without consequences, it validates the denial of Nazi crimes, the denial of democracy, the denial of women’s rights. These three negations are the first steps of a descent towards a populist dictatorship, the goal of the extreme right. They are the first steps towards a Reich IV whose capital will no longer be Berlin, but Washington.

Racisme et Antisémitisme

À la fin de la guerre de 39-45, la découverte des camps de la mort, de la Shoah, de l’extermination de six millions de juifs, sera le coup de poing dans la gueule du public qui a rendu le racisme et  son expression impossible en tant que programme politique. Désormais, l’oubli, la négation de la réalité historique ouvre la voie à l’expression publique légitime du racisme et de l’antisémitisme. Les manifestations de 2017 à Charlotteville en sont la partie visible et terrifiante de l’iceberg.

Racism and Anti-Semitism

At the end of WW II, the discovery of the death camps, of the Shoah, of the extermination of six million Jews, the discovery will be the punch in the face of the public. It turned racism and its expression into an impossible dead end. From now on, oblivion and denial of historical reality pave the way for the legitimate public expression of racism and anti-Semitism. The 2017 events in Charlotteville are the visible and terrifying part of the iceberg.

Pinocchio aura défendu et justifié la violence de l’extrême droite, des White Supremacists à de nombreuses reprises.

Pinocchio has defended and justified the violence of the extreme right, the White Supremacists on numerous occasions.

Il y avait-il, comme Pinocchio l’affirme
« Very fine people pn both sides ».
Lorsque la négation de la réalité se trouve justifiée par le pouvoir, les chiens sont lâchés.

There was, as Pinocchio says,
« Very fine people pn both sides ».
When the denial of reality is justified by power, the dogs are released.

Démographie et Démocratie

Avec le temps qui passe, la composition d’une population, sur un territoire donné, change. La natalité, l’émigration, l’immigration, la qualité de l’économie, l’efficacité d’un gouvernement, ces éléments, sur le long terme, modifient la démographie. Dès lors, à l’intérieur de la population d’un pays, certains groupes croissent d’autres décroissent. Pour que la démocratie puisse s’exprimer au nom de l’ensemble, il est impératif que les groupes soient équitablement représentés. Idéalement, chaque élu représente le même nombre d’électeurs. C’est la fonction des recensements, ils permettent ces ajustements.

Les changements de poids respectifs des groupes modifient en profondeur les objectifs de gouvernement. Une population majoritairement agricole ne valorisera pas les villes et l’industrie comme le ferait une population urbaine et réciproquement. Dès lors, il est évident qu’un changement important, la croissance d’un groupe minoritaire qui devient majoritaire crée une frustration ou pire encore une terreur au sein du groupe qui perd sa majorité et donc son pouvoir.

Aux USA, la majorité blanche, celle issue de l’émigration européenne voit sa domination démographique s’effriter au profit de l’immigration hispanique et de la croissance de la population noire. Afin de maintenir sa position dominante, la population blanche, majoritairement liée au parti Républicain, le GOP, tente d’éliminer les électeurs noirs et hispaniques en manipulant les procédures de vote et d’inscription sur les listes électorales.

En 2016, le GOP avait perdu l’élection présidentielle, la candidate Démocrate, Hillary Clinton, mais avait gagné la nomination à la présidence. L’explication de ce déni de démocratie fera l’objet d’un article. Il convient de garder en mémoire que l’arrivée de Pinocchio à la Maison Blanche pointe l’évidente faiblesse du groupe des blancs conservateurs. L’élection de 2020 aura été gagnée par Biden avec plus de sept millions de voix d’avance.

Malgré les affirmations répétées que les élections de 2018 et 2020 ont été volées, aucune preuve n’a pu être apportée. Lors de ces élections, le GOP a successivement perdu la Chambre en 2018, le Sénat et la Présidence en 2020.

Si entre les élections de mi-mandat de 2018 et celles de 2020 le GOP a perdu sa prééminence au niveau fédéral, il reste politiquement majoritaire dans certains états. En revanche, le dernier recensement tend à faire pencher la balance vers une représentation plus diverse et donc significativement diminuer l’influence de la population blanche. C’est dans ces états, Texas, Floride, Georgia… que, malgré l’absence de fraude lors des précédentes élections, des lois scélérates sont votées avec comme but ouvertement avoué de différer les basculements de majorité. 

Pour des raisons historiques, les états disposent du droit électoral. Celui-ci varie donc d’un état à l’autre. Le Texas impose les lois les plus restrictives en ce qui concerne l’accès au droit de vote. Seule une uniformisation par l’État fédéral permettrait d’imposer un droit homogène sur l’ensemble du territoire. On comprend aisément les réticences des élus à modifier les modes d’élections qui leur ont permis de siéger dans les différents organes.

Demography and Democracy

As time passes, the composition of a population in a given territory changes. The birth rate, emigration, immigration, the quality of the economy, the efficiency of a government, these elements, over the long term, change the demography. As a result, within a country’s population, some groups are growing while others are shrinking. For democracy, in order to speak on behalf of the whole, it is imperative that groups be fairly represented. Ideally, each elected official represents the same number of electors. It is the function of the censuses, they allow these adjustments.

Changes in the respective weight of groups profoundly alter the objectives of government. A predominantly agricultural population will not value cities and industry as an urban population and vice versa. Therefore, it is obvious that a significant change, the growth of a minority group that becomes a majority creates frustration or even worse a terror within the group that loses its majority and therefore its power.

In the USA, the white majority, the one resulting from the European emigration, sees its demographic domination crumble in favor of Hispanic immigration and the growth of the black population. In order to maintain its dominant position, the white population, mostly linked to the Republican Party, the GOP, is trying to eliminate black and Hispanic voters by manipulating the voting and registration procedures.

In 2016, the GOP lost the presidential election: the Democratic candidate, Hillary Clinton, but Pinocchio won the presidential nomination. The explanation of this denial of democracy will be the subject of an article. It should be remembered that Pinocchio’s arrival at the White House points to the obvious weakness of the group of conservative whites. The 2020 election was won by Biden with more than seven million votes.

Despite repeated claims that the 2018 and 2020 elections were stolen, no evidence could be provided. During these elections, the GOP successively lost the Chamber in 2018, the Senate and the Presidency in 2020.

If between the mid-term elections of 2018 and those of 2020 the GOP lost its pre-eminence at the federal level, it remains in power in some states. On the other hand, the last census tends to tilt the balance towards a more diverse representation and thus significantly decrease the influence of the white population. It is in these states, Texas, Florida, Georgia… that, despite the absence of fraud in the previous elections, rogue laws are passed with the openly avowed aim of delaying the majority shifts. 

For historical reasons, states define the voting laws. So it varies from state to state. Texas imposes the most restrictive laws regarding access to the right to vote. Only a standardization by the Federal State would make it possible to impose a uniform duty throughout the territory. It is easy to understand the reluctance of elected officials to change the methods of elections that allowed them to sit in the various bodies.

Le droit à l’avortement

Depuis 1973, les états ne peuvent interdire aux femmes l’accès au planning familial, à la contraception et à l’avortement. Sur ce sujet deux tendances s’affrontent, les « Pro Life » et les « Pro Choice ». Dans le premier groupe, au nom de la divinité de la vie ils s’opposent à toute forme de régulation des naissances. Notons ce, c’est dans ce même groupe que l’on retrouve les tenants de la peine de mort et de liberté de la circulation des armes. Les « Pro Choice », au nom de la liberté de la femme à choisir ou non de porter une grossesse à son terme, défendent contraception et avortement.

Jusqu’à la semaine dernière les tentatives de bloquer le droit à l’avortement butaient sur le jugement de 1973 rendu par la Cour Suprême qui ouvrait aux femmes le choix de porter ou non à terme une grossesse. Certes, d’un état à l’autre l’exercice de ce droit était plus ou moins aisé, mais il était accessible. Toutes les tentatives de pénalisation de l’avortement butaient sur le fait qu’il était interdit aux forces de police et aux tribunaux d’intervenir.

Sur ce sujet, le Texas a trouvé une faille qui rappelle de forts mauvais souvenirs : la délation. Puisque les organes d’état se voient interdire d’intervenir sur ce sujet, une loi autorise chaque citoyen à dénoncer quiconque participe de près ou de loin à un avortement après la sixième semaine. Afin de motiver la dénonciation, le délateur se verra attribuer dix mille Dollars et la gratuité des frais d’avocat et de justice qui seront à la charge de la personne dénoncée.

On voit bien les excès que ce type de loi porte. La Cour Suprême interrogée pour savoir s’il y avait urgence à valider ou invalider de telles lois antidémocratiques a refusé de traiter ce déni de droit. Remercions pour cela les trois assassins du droit imposés par Pinocchio et le criminel McConnell. 

The right to abortion

Since 1973, states cannot prohibit women from accessing family planning, contraception and abortion. On this subject two trends clash, the « Pro Life » and the « Pro Choice ». In the first group, in the name of the divinity of life, they oppose any form of birth regulation. Note that it is in this same group that we find the supporters of the death penalty and freedom of carrying weapons. The « Pro Choice », in the name of the woman’s freedom to choose whether or not to carry a pregnancy to its end, defend contraception and abortion.

Until last week, attempts to block the right to abortion were thwarted by the 1973 ruling of the Supreme Court, which gave women the choice of whether or not to carry a pregnancy to term. Certainly, from one state to another the exercise of this right was more or less easy, but it was accessible. All attempts to penalize abortion were based on the fact that police forces and courts were prohibited from intervening in this matter.

On this subject, Texas has found a flaw that brings back strong bad memories: the denunciation. Since state bodies are prohibited from intervening on this subject, a law allows every citizen to denounce anyone who participates closely or not in an abortion after the sixth week. In order to motivate the denunciation, the informer will be awarded ten thousand Dollars and the gratuitous costs of lawyer and justice, which will be at the expense of the denounced person.

We can see the excesses of this type of legislation. The Supreme Court questioned whether it was urgent to validate or invalidate such anti-democratic laws, it refused to deal with this denial of right. Let us thank for this the three murderers of the Law imposed by Pinocchio and the criminal McConnell.

  • En niant l’existence d’un racisme qui désormais n’est plus rampant mais s’expose au grand jour,
  • en tordant les lois électorales afin de garantir au groupe anciennement majoritaire,
  • en refusant aux femmes la maîtrise de leur corps,

les USA descendent de façon vertigineuse vers un totalitarisme fasciste.

Le GOP en devenant un parti populiste, en niant la réalité des changements, ce parti tire vers le bas ce pays, autrefois, un modèle de démocratie. Les démons qui ont ouvert la voie aux dictatures criminelles de la première moitié du XXe siècle, le Fascisme italien, le nazisme en Allemagne, le Marxisme-Léninisme en URSS, sont désormais présents et actifs et malheureusement pas seulement aux USA.

Depuis ma naissance j’ai vécu protégé par des institutions que je croyais solides.
Aujourd’hui j’ai PEUR.

  • By denying the existence of racism that is now no longer rampant but exposed to the open,
  • by twisting electoral laws to guarantee the former majority group,
  • by denying women control over their bodies,

The United States is descending precipitously towards fascist totalitarianism.

The GOP by becoming a populist party,
by denying the reality of the changes,
this party draws down this country that used to be a role model of democracy. The demons that paved the way for the criminal dictatorships of the first half of the twentieth century, Fascism in Italy, Nazi in Germany, Marxism-Leninism in USSR, are now present and active in the USA and unfortunately not only in the USA.

For my whole life, I have lived protected by institutions that I believed to be rock solid.
Today I am SCARED.

275(0)

Du Déni de Réalité au Crime d’Etat



25 août 2021

 

Entre la corruption et le conflit d’intérêt, entre le populisme et la course au mensonge absolu, la négation de la réalité pointe son hideux museau. Pinocchio et son sycophante De Santis, les records de COVID sont atteints en Floride

Between corruption and conflict of interest, between populism and the race for absolute lies, the denial of reality points to its hideous muzzle. Pinocchio and its sycophant From Santis, COVID records are reached in Florida

Plus de 90% des malades hospitalisés sont des Anti-Vax (personnes opposées à la vaccination).
Les hôpitaux débordés par les malades atteints de COVID ne peuvent plus traiter les autres pathologies, accidents de la route, crises cardiaques, AVC, chirurgie.

More than 90% of hospitalized patients are Anti-Vax (people opposed to vaccination).

Hospitals overwhelmed by COVID patients can no longer treat other pathologies, traffic accidents, heart attacks, strokes, surgery.

Désormais lorsque dans un meeting Pinocchio recommande à ses supporters de se faire vacciner, il se fait conspuer.

Certains commentateurs d’extrême-droite en viennent à le traiter de couille molle. Alex Jones un merveilleux exemple.

Now when in a meeting Pinocchio recommends to his supporters to get vaccinated, he gets shout at.

Some far-right commentators have come to call him a soft ball. Alex Jones is a wonderful example.

41(0)

Sortie d’Afghanistan / Gouverner c’est prévoir

24 août 2021

English version below


La maxime « Gouverner c’est Prévoir » pose un principe rigoureux et le déroulement des faits, de l’Histoire, valide ou infirme les choix de gouvernement. Les ratés gouvernementaux, mais oui, un gouvernement peut se tromper, ouvrent matière à la critique. Et lorsqu’ils critiquent, les commentateurs devraient garder en mémoire, sur leurs notes de commentaire, l’immortelle pensée de Pierre Dac qui affirmait que
« Les prédictions sont hasardeuses, surtout en ce qui concerne l’avenir ».

Ces deux affirmations, celle de Pierre Dac et la maxime en exergue de l’introduction, devraient nous offrir une leçon d’humilité lorsqu’il s’agit de porter un jugement sur la sortie du conflit afghan qui ressemble à s’y méprendre à un désastre. À entendre les commentateurs, tous merveilleusement experts et informés, Biden a particulièrement mal géré le retrait.
En fait, de quoi s’agit-il ?

En préambule, il est fort tentant de penser que les services d’Ambassade, la CIA, les renseignements militaires, les ONG travaillant sur place ont tous fourni des rapports, dossiers, prévisions sur les déroulements possibles de l’évolution des rapports de force entre les forces rebelles, les Talibans et les forces gouvernementales afghanes. Sans remettre en cause le professionnalisme et la bonne foi de tous les intervenants, chacune de ces organisations utilise des méthodes, des sources, des visions différentes pour évaluer la situation et proposer une vision d’avenir. Il est évident que les points de vue du renseignement militaire, des services d’Ambassade, de la CIA ou des ONG ne peuvent converger vers des conclusions semblables. Comme l’ensemble des rapports ne peuvent atterrir dans les mains du président, ils font l’objet de documents de synthèse qui permettent au président d’arbitrer et passer de la réflexion à l’action. Et une fois l’action lancée, les forces de l’Histoire se mettent en route.

À entendre les commentateurs, Biden avait toutes les billes pour prendre la bonne décision.  Ceux qui avaient correctement prédit l’évolution de la situation n’ont pas manqué de le faire savoir. Si on les avait écouté, eux, tout se serait passé de façon optimale. Et ceux qui ont émis des rapports démentis par l’évolution, s’en sont-ils vantés, ont-ils pris leur part de responsabilité dans l’échec de la prise de décision ? Si la victoire génère une nombreuse famille, l’erreur reste orpheline. Ceux qui avaient prédit que l’armée afghane saurait faire face sont restés silencieux. Les chanceux de la prédiction ont hurlé leur triomphe lorsque le déroulé des événements leur aura donné raison. Lorsqu’il s’agit de prendre une décision, combien d’entre nous choisissent la solution « au pire ». Simple, jamais. Dans le doute, nous choisissons toujours la solution la plus probable, celle se rapproche au mieux de nos souhaits. Et j’ai la conviction que les choix faits par Biden et son équipe l’ont été à la majorité d’un consensus pondéré alors qu’il aurait fallu choisir la solution au pire. Aujourd’hui, il faut rattraper les morceaux, corriger le tir, sauver ce qui peut encore l’être.

Une fois de plus Pierre Dac fait preuve de sagesse en rappelant que
« Les prédictions sont hasardeuses, surtout en ce qui concerne l’avenir ».


The maxim « To govern is to predict » lays down a rigorous principle and the course of events, of history. History validates or invalidates the choices of government. Pointing out errors is the central activity of le News Medias. The commentators should keep in mind, on their commentary notes, the immortal thought of Pierre Dac who asserted that
« Predictions are risky, especially with what lies ahead ».

These two statements, that of Pierre Dac and the maxim in emphasis of the introduction, should offer us a lesson of humility when it comes to making a final judgment on the exit from the Afghan conflict. Today, this exit looks like a disaster. Listening to commentators, all wonderfully accurate and knowledgeable scholars, Biden particularly mismanaged the withdrawal.
If we agree with the above, are we so sure to hold a qualified opinion?

As a preamble, it is very tempting to think that embassy services, the CIA, military intelligence, the NGOs working on the ground all provided reports, Files, forecasts on possible scenarios of the evolution of the power relations between the rebel forces, the Taliban and the Afghan government forces. Without questioning the professionalism and good faith of all the stakeholders, each of these organizations uses different methods, sources and visions to assess the situation and propose a vision for the future. It is clear that the views of military intelligence, embassy services, the CIA or NGOs cannot converge on similar conclusions. If all the reports cannot end up in the hands of the President, they are the subject of summary documents that allow the President to arbitrate and move from reflection to action. And once the action is launched, the forces of history begin.

When listening to the commentators, Biden had all the tools to make the right informed decision.  Those who had correctly predicted the development of the situation did not fail to brag and point out that if Biden had listened to them, everything would have gone as smoothly as possible. And those who have issued failing reports, reports denied by the evolution of the situation, have they boasted about it, have they taken their share of responsibility in the failure of decision-making? No, they all remained silent. If the victory generates a large family, the error remains orphaned. Those who predicted that the Afghan army would be able to cope against the Taliban remained silent. When it comes to making a decision, how many of us choose the « worst case » solution? Simple, we never do. When in doubt we always choose the most likely path that favors our wishes. And I am convinced that the decisions Biden and his team made were taken among some credible reports showing  a balanced consensus. Unfortunately, in this situation  the worst-case solution should have been chosen.
Today, the US Admin has to catch up, correct the situation, save what can still be saved.

Once again Pierre Dac shows wisdom by recalling that
« Predictions are risky, especially with what lies ahead ».


199(0)