Fort Lauderdale / Travel ban

C’était mieux avant

Voyageant souvent vers les USA, j’ai constaté que dans les grands aéroports, JFK à New York, Miami en Floride, le passage de l’immigration et la récupération des bagages manquait de fluidité. Dans les années 70-80 il fallait compter, entre le toucher des roues et la sortie de l’aérogare, deux heures. C’est pourquoi j’ai toujours préféré les “Petits Aéroports Internationaux” comme Philadelphie ou Fort Lauderdale, les temps de sortie étaient le plus souvent inférieurs à une heure.

Le premier geste de notre ami Donald Pinocchio Trump aura été de signer un  “Travel Ban”,  comprendre “les arabes pas bienvenus ” et, par extension, tous ceux qui n’ont pas voté pour moi.

Il est vrai que, pour nos amis les quainquains moyens, “Bougnoule Land” débute juste au delà de la ligne d’horizon. Vu de l’Arkansas New York et plus généralement les grandes villes sont les portes d’entrée de l’Enfer. Souvenez-vous du Stalone des guignols de l’info, “On va leur baiser la gueule, mon colonel”, l’amour de l’altérité n’était pas son fort au commandant Sylvestre, à Donald non plus.

Aujourd’hui la réalité dépasse l’affliction, car avec Trump et son discours populiste, les guignols faisaient dans le politiquement correct. Cela dit, hier déjà la Corée du Nord, l’Irak et l’Iran occupaient le terrain.

Ou encore, malheureusement avec de la pub.

Bienvenue dans le tiers monde

Donc le bilan de l’arrivée de mon dernier voyage, en espérant que ce ne soit pas le dernier.

  • Atterrissage à Fort Lauderdale avec 15 minutes d’avance.
  • Bloqué sur le tarmac en attendant les bus une petite demie heure.
  • Attente dans le bus que l’escalier d’accès au terminal se libère du troupeau descendu du bus précédent. 15 minutes. Et des bus derrière nous s’alignaient face à cet unique point d’entrée.
  • Montée de l’escalier et file d’attente en zig-zag pour la présentation du passeport à l’un des quarante terminaux électroniques. Ceux-ci délivrent un ticket de tri à l’arrivée, “Fast Track” ou “Immigration à l’ancienne” : 45 minutes.
  • Ceux qui ont la chance de ne pas tomber dans la case “Délit de Sale Gueule”, grosso modo 40%, prennent la file “Fast Track” devant l’unique agent de l’immigration. Encore une demie d’heure d’attente pour 30 secondes de coups de tampon. Les autres repartent pour au moins une heure de file d’attente afin de passer l’interrogatoire complet que le “Fast Track” m’avait permis d’éviter.

Bilan, un minimum de deux heures d’attente inutiles imposées à tous, citoyens US compris. Cela dit, tout n’est pas perdu, les bagages avaient tellement attendu que les préposés les avaient alignés le long du mur pour libérer les tapis roulants affectés aux arrivées suivantes. Récupération de la valise en cinq minutes, il fallait tout de même la chercher car rien ne ressemble plus à une valise noire de taille normalisée qu’une autre valise noire de la même taille, le tout dans un troupeau de 200 valises.

Restait à prendre possession de la voiture de location pour pouvoir enfin foncer se restaurer et retrouver son lit vers une heure du matin, heure locale, soit sept heure du matin heure française. Si les voyages forment la jeunesse, ils épuisent les p’tis vieux.