Gôche Caviar

Ce sobriquet de Gôche Caviar fut attribué vers 1981 aux tenants du progrès par une droite jalouse, contrainte de se rabattre vers un Ersatz de caviar : les oeufs de Lompe. Aujourd’hui, en cette période de doute politico-populiste, doute particulièrement urticant du côté ouest de l’Atlantique, il convenait de le renouveler ce sobriquet. Cette courageuse démarche fut appliquée de deux temps.Après avoir vécu les affres prolétariennes d’un changement de robinet pour cause initiale de fuite intraitable, un deuxième robinet semblable fut acquis et monté par le prolo de service. Ce dernier, le robinet, pas le prolo, bien que neuf, fuyait aussi mais différemment. Un troisième fut donc commandé et mis en place subito.
S’il ne fuit pas, lui ce dernier robinet, le prolo-plombier de service ne fait pas montre d’une chaleureuse humeur tout contraint qu’il fut de pratiquer moult contorsions pour réaliser par deux fois cette opération.Afin de calmer les humeurs bellico-revendicatrices de la classe laborieuse, un apéro-dînatoire fut promptement organisé par le patronat : un petit coup de blanc aura poussé un pot de Caviar Béluga vers des toasts, étape nécessaire pour un transit harmonieux. Fallait bien ça pour que la Gôche Caviar retrouva ses couleurs.

Voir la suite.

18(1)

Laisser un commentaire