Le Rêve est fini / The Dream is Over

30 janvier 2021

English version below the French one


Le 30 janvier est un jour maudit depuis 1933. Ce jour la démocratie a baissé les bras devant le mensonge et la violence. En ce jour maudit débuta la Seconde Guerre Mondiale. En ce mois de janvier 2021 l’histoire prend des chemins semblables, la violence, l’avidité et le déni de réalité viennent de détruire une image qu’une nation avait réussi à se construire. Ce pays avait construit son image sur deux mythes qui sont respectivement la liberté d’expression et la liberté d’entreprendre. En moins d’un mois deux événements auront dynamité ces deux piliers.

Le dynamitage de la démocratie

En novembre 2016 les institutions des USA ont renversé le verdict du vote populaire et nommé, pas élu nommé un menteur narcissique et lui ont conféré le pouvoir pour quatre années. Durant ces quatre années le mensonge répété, l’insulte et la calomnie se seront placés au centre de la communication politique. Impossible de les énumérer toutes ces distorsions de la réalité, mais un de ces mensonges porte l’estocade finale au mythe de l’Amérique exemple et phare de la démocratie. Ce mensonge s’exprime dans le refus du verdict des urnes et donc du refus de la transmission pacifique du pouvoir qui débouche sur un appel à l’insurrection. Le 6 janvier 2021 le mafieux aura tenté un coup d’état en interrompant par la force, c’est la définition même d’un coup d’état, ce mafieux aura interrompu le processus institutionnel d’enregistrement des résultats de l’élection de novembre 2020. Développer et pointer les mensonges d’état qui ont conduit à ce désastre serait fastidieux, lassant. Ces mensonges annoncés, publiés, répétés appartiennent au domaine public, impossible de les énumérer. Un des journaux de référence, le Washington Post, sur une durée du mandat et des deux campagnes en aura repéré plus de trente mille, la moitié proférée lors des douze derniers mois.

Le mensonge utilisé en arme politique aura porté un dangereux narcissique au pouvoir en 1933. Face à l’absence de mémoire et des peuples, les mêmes causes auront produit les mêmes effets. Si 2016 fut une mauvaise répétition de 1933, la tentative de coup d’état du 6 janvier 2021 est la conséquence naturelle de l’incapacité des élus de prendre leur responsabilités et transformer la première mise en accusation de l’autocrate en destitution. Une seconde mise en accusation offre à ces élus une possibilité de rachat en confirmant l’Impeachment. Il est à craindre que ces élus ne saisiront pas cette perche tendue par l’Histoire qui sauverait leur réputation. Les USA se sont construits sur des institutions crées par des propriétaires d’esclaves. Aujourd’hui encore les prémices de cette construction anti-démocratique tentent de préserver une domination amorale au profit d’une classe de nantis, le tout au détriment des classes moyennes en bloquant par tous les moyens l’ascenseur social.

Dynamitage de la liberté d’entreprendre

Nous rêvons tous d’une société qui récompense la vertu des individus. Parmi les récompenses, ont trouve les honneurs, les décorations par exemple, mais aussi et surtout les récompenses financières. Afin de rendre compréhensible les modalités de ce dynamitage, il est important d’éclairer les mécanismes pervers qui ont conduit à cette abomination.

Le capitalisme existe, il promeut le mythe du « Marché ». Ce mythe propose qu’une main invisible donne à chaque objet une valeur rationnelle à terme. Si un objet est trop cher, il ne trouvera pas acquéreur, si sa désirabilité est insuffisante, cet objet ne trouvera pas d’acquéreur non plus. Si le marché n’est pas distordu par un mécanisme externe, mécanisme que certains possèdent et qui reste inaccessible aux autres, chacun peut comparer la valeur attribuée par le marché à un objet à sa propre estimation. Chacun peut le vendre s’il estime le prix supérieur à son estimation, ou dans le cas contraire, l’acquérir et ainsi récupérer les bénéfices de ses choix judicieux. Les choix relèvent du pari, gains ou pertes sont la sanction acceptée des choix.

S’il est possible de parier, pardon d’investir au comptant, c’est-à-dire payer l’objet lors du passage de l’ordre, il est aussi possible de parier à terme à la hausse ou à la baisse. Parier  la hausse conduit à l’achat aujourd’hui d’un objet qui sera revendu plus cher demain. Parier  la baisse revient à vendre aujourd’hui un objet que l’on ne possède pas et le racheter moins cher demain. Ces mécanismes semblent symétriques, en fait ils ne le sont pas. Les gains à la hausse sont potentiellement infinis, une bulle peut valoriser un objet de façon irrationnelle. C’est la définition même de la bulle. Les gains à la baisse, en supposant que l’on rachète à valeur zéro l’objet vendu précédemment, ces gains sont au mieux ceux du prix d’achat. Il y a là une dissymétrie qui parfois provoquent de brutales secousses donc ponctuellement des gains ou des pertes élevées. La semaine dernière le capitalisme US s’est mis à nu et les vices du système se sont exposés au grand jour. Voici de quoi il s’agit.

Les canaux commerciaux traditionnels, les points de vente, boutiques, chaînes de distribution, sont mises à mal par le commerce sur Internet. Pour de nombreux produits, les avantages du circuit court, en réduisant les frais fixes de commercialisation, donnent aux ventes sur Internet un avantage que nous percevons tous. Il est donc tentant de penser que les chaînes de distribution vont à terme disparaître. Cela dit, entre le moment du pari à la baisse et sa réalisation, de nombreux événements sont  même de modifier les équilibres. Avant de poursuivre le développement, une mise en perspective s’impose. La valeur d’une société se compose de la somme de tous les actifs dont on déduit la somme de tous les passifs. Les éléments du passif comme ceux des actifs varient quotidiennement, le marché est censé proposer une valeur d’équilibre. Or certains éléments d’actif, l’immobilier en particulier, varient lentement et ces éléments peuvent constituer une par importante de la valorisation. C’est le cas d’une chaîne de distribution de jeux vidéo bien implantée aux USA, celle-ci se nomme GAME STOP. De nombreux fonds d’investissement l’ont pris pour cible en la jouant à la baisse. Par un effet naturel, la baisse appelle la baisse et le cours de l’action de GAME STOP ne reflétait plus sa valeur réelle. C’est ici que les réseaux sociaux vont à nouveau jouer un rôle majeur.

Parier en Bourse est une pratique courante aux USA. Il existe même des réseaux spécialisés dans lesquels des particuliers échangent des informations et se lancent des défis. REDDIT est de ceux-la. Or il existe une corrélation entre les centres d’intérêt des membres du réseau social et leurs hobbies, ce point commun se retrouve ici dans les jeux vidéo. Les participants de ce réseau social se sont lancés un défi, à savoir redonner aux actions de GAMESTOP une valeur plus proche de la réalité. L’action étant survendue par les fonds d’investissement, elle était relativement bon marché. Afin de maximiser leurs profits, les fonds d’investissement utilisent un système de bras de levier, habituellement un pour dix, ce qui signifie que les gains ou les pertes sont multipliées par dix. Les règles du marché imposent qu’à terme les ventes à découvert soient compensées par le rachat des actions vendues au préalable. Par ce mécanisme le solde à terme est nul, les actions vendues à découvert sont compensées par le rachat d’actions au prix du marché. Or les achats au comptant d’actions de GAMESTOP par les membre de REDDIT a réduit considérablement le nombre d’actions disponibles à la vente, le prix de l’action s’est donc envolé. En quelques jours le prix de GAMESTOP a été multiplié par dix entre le 18 et le 28 janvier 2021.

Pour solder leur positions, les fonds d’investissements y perdaient leur culotte. La loi du marché me direz-vous. Voyant des gains possibles, on aurait pu penser que les joueurs gagnants auraient vendu leurs actions pour encaisser un bénéfice significatif. Ce ne fut pas le cas, les échanges sur REDDIT, leur réseau social, montrent que les investisseurs particuliers souhaitaient donner une leçon aux fonds d’investissement. La déculottée était sur les rails, les actions ne sortant pas des portefeuilles le cours grimpait au grand DAM des professionnels, après la baisse qui engendrait la baisse, la hausse se nourissait de la hausse rendant le solde des positions au dela de l’onéreux. La fable avait un côté moral, les nantis, pour une fois, devaient payer l’addition. Pour une fois le pot de terre prenait le dessus sur le pot de fer.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, il y avait matière  se réjouir. Malheureusement les courtiers, vous savez ceux qui enregistrent les ordres de vente et d’achat et prennent une commission à chaque passage d’ordre ont interdit aux particuliers d’acheter des actions. De ce fait les courtiers se sont placés aux ordres des fonds d’investissement et leur ont permis de réduire la casse.

Avec la complicité des courtiers, le capitalisme est devenu un tricheur patenté.

En moins d’un mois les USA ont perdu leur âme, ils ont montré d’un côté que leur discours de valorisation de la démocratie n’était d’un mensonge de façade et de l’autre que le capitalisme ne profitait quant aux riches en tordant en leur faveur les règles du jeu. Dieux qu’il serait bien que l’Europe se donne enfin les moyens politiques, financiers et militaires de montrer la voie du respect des peuples. Au passage il ne faudra pas oublier de botter le cul de Victor Orban.


January 30 has been a cursed day since 1933. On January 30 democracy has given up on lies and violence. On January 30 1933 began the Second World War. In this month of January 2021 history takes similar paths, violence, greed and denial of reality have just destroyed an image that a nation had managed to build for itself. This country had built its image on two myths which are respectively freedom of expression and freedom of enterprise. In less than a month two events will have blasted these two pillars.

The blasting of democracy

In November 2016 the US institutions overturned the verdict of the popular vote and appointed a narcissistic liar. This democratic denial gave him power for four years. During these four years, the repeated lies, the insult and the slander will have placed themselves at the center of political communication. It is impossible to enumerate all these distortions of reality, but one of these lies brings the final blow to the myth of America as example and beacon of democracy. This lie is expressed in the refusal of the verdict of the ballot box and therefore of the refusal of the peaceful transmission of power. The refusal leads to the January 6 call for insurrection. On January 6, 2021 the Capo de Tutti Capi tried a coup d’état by interrupting by force, this is the very definition of a coup d’état, the institutional process of recording the results of the November 2020 election. Developing and pointing out the state lies that led to this disaster would be tedious, tiresome. These lies announced, published, repeated belong to the public domain, impossible to list them all. One of the leading newspapers, the Washington Post, over the course of the mandate and the two campaigns will have spotted more than thirty thousand lies and or distortions, half of them during the past year. The lie used as a political weapon brought a dangerous narcissist to power in 1933. Given the lack of the People’s memory, the same causes has produced the same effects. 2016 was a bad repetition of 1933. The attempted Coup d’Etat of January 6 2021 is the natural consequence of the inability of elected officials to assume their responsibilities and turn the first indictment of the White House autocrat into destitution. A second indictment offers these elected officials a possibility of redemption by confirming the impeachment voted the week following the attempted Coup. It is to be feared that these elected representatives will not seize this opportunity that would save their reputation. The USA was built on institutions created by slave owners. Even today the origins of this anti-democratic construction are still trying to preserve an amoral domination in favor of the wealthiest to the detriment of the middle classes by blocking by all means the social lift.

After Blasting Democracy, Blasting the freedom to undertake

We all dream of a society that rewards the virtue of individuals. Among the rewards, we find honors, medals for example, but also and especially financial rewards. In order to make comprehensible the modalities of this blasting, it is important to enlighten the perverse mechanisms that led to this abomination.

Capitalism exists, it promotes itself on the myth called « the Market ». This myth suggests that an invisible hand gives each object a rational value. If an object is too expensive, it will not find a buyer. If its desirability is below the requested price, this object will not find a buyer either. As long as the market is not distorted by an external mechanism, each one of us may estimate the perceived value of any object and compare it to the current market value. The individual will sell it if he considers the market price too high, or otherwise acquire it. He can then enjoy the benefits of his wise choices. The choices are wagered, gains or losses are the accepted sanction of the choices.

It is therefore possible to bet, pardon to invest in other words acquire an object by placing an order. It is also possible to bet upwards or downwards. Betting on a value increase leads to the purchase today of an item that will be valued higher tomorrow. Betting the drop is selling an item you don’t own today and buying it cheaper tomorrow. These mechanisms seem symmetrical, in fact they are not. The upside gains are potentially infinite. A bubble can value an object irrationally. That is the very definition of the bubble. The downward gains, assuming that we buy back the object sold previously at zero value, these gains are at best those of the purchase price. There is a asymmetry here which sometimes causes sudden shocks and thus punctually high gains or losses. Last week US capitalism exposed itself and failed to play the market game. Here’s what it’s about.

Traditional commercial channels, retail outlets, shops, distribution chains, are undermined by Internet commerce. For many products, the short-circuit benefits, by reducing fixed marketing costs, giving Internet sales an advantage that we all see. It is therefore tempting to think that distribution chains will eventually disappear. That said, between the time of betting on the decline and its realization, many events are changing the balances. Before further development, a perspective is needed. The value of a corporation consists of the sum of all assets deducted from all liabilities. Liabilities and assets vary on a daily basis, and the market is supposed to provide a break-even value. However, some assets, particularly real estate, vary slowly and these elements can constitute an important part of the valuation. This is the case of a video game distribution chain well established in the USA, this one is called GAME STOP, many investment funds have targeted it by playing it short. Due to a natural effect, the drop in price calls for a drop. The market stock price of GAME STOP no longer reflected its real value. This is where social networks will again play a major role.

Stock market betting is a common practice in the USA. There are even specialized networks in which individuals share and challenge each other. REDDIT is one of them. There is usually a correlation between the interests of the members of the social network and their hobbies, here this commonality is found in video games. The participants of this social network have set themselves a challenge: give back to the stock of GAMESTOP that was way down a value closer to reality. As the share was oversold by investment funds, it was relatively cheap.

In order to maximize their profits, investment funds use a lever arm system, usually one in ten, which means that gains or losses are multiplied by ten. Market rules require that forward short sales be offset by the repurchase of the sold shares. By this mechanism the forward balance is zero, the short-sold shares are offset by the repurchase of shares at market price. However, the cash purchases of GAMESTOP shares by the members of REDDIT significantly reduced the number of shares available for sale, so the price of the share soared. In a few days the price of GAMESTOP was multiplied by ten between 18 and 28 January 2021.

To settle their positions, investment funds lost their pants. The law of the market, you might say. Seeing possible winnings, one might have thought that the players would have sold their stock to cash a significant profit. This was not the case, the exchanges on REDDIT, their social network, show that the small investors wanted to give a lesson to the investment funds and the kill was on track. As few shares hit the market, the price sky rocketed. The funds were losing fortunes.
The story had a moral side: the wealthiest, for once, had to pay the bill.
For once, the clay jar was winning over the pot of iron.

The story could have ended there, there was cause to rejoice. Unfortunately the brokers, you know those who record the orders of sale and purchase and cash either way distorted the game. To give a helpful hand to the wealthiest, they blocked the individuals to buy shares. This artificially reduced the market stress to profit the investment funds. The brokers have placed themselves at the orders of the investment funds allowing them to reduce the damage.

Capitalism has become a blatant cheater.

In less than a month the USA has lost its soul. They showed, on the one hand, that their discourse on the valorization of democracy was a facade lie and on the other hand that capitalism works for the rich only by twisting in their favor the rules of the game.

America has lost its moral leadership.

Could these disasters give Europe a path to finally give itself the political, financial and military means to show the voice of respect for the peoples.




97(1)

Laisser un commentaire