Saint Valentin 2019 – suite

15 février 2019

En me baladant, une pub dans la rue aura capté mon attention.Une vente aux enchères de voitures de collection, plus de 500 autos exposées, du tout venant récent à l’exceptionnel.

Sitôt dit, sitôt fait, Susan et moi nous nous précipitons pour écumer les lieux.
15$ par personne l’entrée, pas donné mais, à coup sur, cela va valoir le coup.

Big is Beautiful était avant les années 80 la règle du genre.
En Europe, cette règle souffrait quelques exceptions.

Une Fiat 500 de carrossier.Une BMW, si si, une BMW construite sous licence ISETTA, auto connue en France sous le nom d’Isetta Velam.Une pensée pour Jean-Luc et sa C1,5 blanche.Patrick, te souviens-tu de ce voyage Paris-Venise, fin des années 50, dans une Pontiac semblable que ton père avait racheté à Louison Bobet.Dans un coin du hall où se tient la vente, une Ford GT, réinterprétation de la célèbre GT40.Le but de cette expo est une vente aux enchères. Pierre -Philippe, serais-tu prêt à échanger ta Mustang coupé pour la même en cabriolet. Celle-ci se prend pour une Shelby, à mon avis une imposture, elle n’a pas dépassé 20 000$.

Un exemple vivant d’une vente, comme si vous y étiez. Pas nécessaire de comprendre, juste se laisser porter par la cantillation du commissaire priseur.

Comment terminer une après-midi aux enchères

L’année dernière, lors de notre première Saint Valentin, afin de séduire Susan, j’avais préparé deux homards au court bouillon, homards servis accompagnés d’une mayonnaise maison, mayo cent fois plus sexy qu’un machin industriel jaunâtre.
Cette année, même motif, même punition avec une variante toutefois, cette fois ci ils sont passés au four.Opération délicate mais nécessaire, les fendre dans le sens de la longueur.
Reste à les cuire, 25 minutes à 200°, en attendant, Champagne et comme il s’agit de la Saint Valentin, la suite se passe derrière portes closes.

280(1)

Laisser un commentaire