Telecom – Quel avenir pour la 5G

26 mars 2020

Comme le disait Pierre Dac,
“Les prédictions sont hasardeuses, surtout en ce qui concerne l’avenir”.
Certains amoureux de la nouveauté, les Néophiles, affirment que la nouvelle norme de télécommunication, la 5G, sera un moteur de croissance à venir de l’économie. Un reportage dans un journal télévisé récent m’a confirmé que cette affirmation optimiste est, au mieux, imprudente. Voila de quoi il s’agit.

Les spécifications de la 5G sont particulièrement attractives en ce qui concerne les débits entre la base d’une cellule (l’interface radio entre le smartphone et la partie câblée du réseau) et le smartphone connecté. Les débits attendu sont simplement énormes, ils dépassent largement la capacité qu’a un smartphone d’absorber les fux de données. A mon avis, pouvoir télécharger en quelques secondes l’épisode d’une heure de la dernière série à la mode en moins de 15 secondes, cela ne me semble pas justifier un lourd investissement pour déployer un réseau. Cela dit, je manque probablement d’imagination en ce qui concerne les applications possibles, je me suis déjà trompé dans mes prédictions.

Mais revenons à nos moutons, le reportage vu dans le journal télévisé. Le journaliste rapportait un échange dans un réseau social entre quatre benjamins ayant des responsabilités gouvernementales. En substance les quatre intervenants remarquaient qu’en cette période de confinement, l’Internet semblait être plus lent que d’habitude. Avec un sourire, ils faisaient peser ces lenteurs sur l’augmentation du streaming, en particulier grâce aux connexions sur sites porno. C’est probablement vrai mais pas que : le porno ne peut à lui seul niquer le réseau. Cela dit, en cette période de confinement, j’utilise l’Internet plus que de coutume en me connectant, en particulier, sur les sites US d’information en continu tels que MSNBC. Et il me semble que le streaming se bloque plus souvent que d’habitude. Qu’en sera-t-il lorsque l’Internet des objets (IOT) ajoutera ses requêtes dans les réseaux. Cette charge sera d’autant plus élevée que nous serons connectés par la fibre optique qui annonce le Gigabit à la maison pour le particulier tout venant. La tentation sera donc immense de connecter simultanément, trois téléviseurs, la visio conf du télétravail, un accès VPN avec le réseau de son entreprise, une connexion dans le Cloud, une téléconsultation avec le médecin, les échanges entre les ados de la maison qui simultanément jouent à la Guerre interstellaire Haute Résolution, sans oublier le système de sécurisation video de la maison. A cette charge n’oublions pas le frigo qui alerte sur les niveaux bas de mayonnaise, lait et camembert. Pôvre Internet.

Donc la 5G vient rajouter sa part de charge. Or la performance d’un lien est naturellement celle du composant le plus faible. Déjà qu’en 4G on ressent parfois des lenteurs. En 5G avec les attentes élevées diffusées par les services marketing, nous risquons de belles déceptions. Dans ces conditions il est important de se poser quelques questions.

  • Quelle est l’utilité d’un lien Gigabit entre la base et le smartphone si le réseau sous-jacent ne supporte pas la charge ?
  • L’utilisateur de la 5G est-il prêt à payer un surcoût pour mettre à niveau l’infrastructure de l’Internet ?
  • Reste la solution qui garantit aux mieux payant une bande passante.
    C’est, dans ce cas, la fin de la neutralité du Net. Une horreur qui tue la créativité.

Ce n’est pas que je sois réac, mais la 3G permettait de rester connecté, une vraie avancée.
La 4G offrait le streaming TV fluide : la TV même dans le métro. Balaise Blaise.

Si Coluche posait une question existentielle avec la lessive qui lave plus blanc que blanc,
la 5G offrira-t-elle un streaming plus fluide que fluide.
Pas certain que ce soit une avancée théorique majeure.

Et vous, vous en pensez quoi ? Pour partager vos opinions, cliquez ici.

439(1)

1 réflexion sur « Telecom – Quel avenir pour la 5G »

  1. jlc Auteur de l’article

    Commentaire apporté par un neveu dont je respecte tout particulièrement la structuration de ses analyses.
    Merci Olivier.

    Hello, Tonton Admin,

    En phase avec toi, la 5G pour Internet, c’est comme la 4K ou 8K pour la télé : du producteur au consommateur, tous les composants de la chaîne doivent suivre…. mais dans ce domaine, il y a toujours un bout en avance et un à la traîne.

    La 5G répondra aux besoins de débit (+ couverture+ latence réduite +…) toujours plus importants, avec toujours plus de connections (personnes et objets) mais ce ne sera pas une révolution (ça va surtout booster l’économie autour des telco…) : c’est une techno qui va dans le bon sens, là ou la fibre n’arrive pas , là où la mobilité est nécessaire , là où les objets doivent être connectés. Pour toutes ces bonnes et moins bonnes raisons : la 5G se déploiera.

    Par contre, non les réseaux internet ne sont pas saturés en cette période de confinement : disons plutôt que les services d’extrémité sont parfois sous-dimensionnés (sites web, bases de données, certains sites de streaming UE, VPN,…) mais pas le réseau. Ceci dit, le résultat semble le même pour l’utilisateur lambda et ce serait du pareil au même à priori pour le politicien (gloups)…. Ou alors, c’est une communication habile des opérateurs pour
    1 : remettre dans la balance le principe de neutralité du net et enfin avoir le droit de déployer de l’internet à plusieurs vitesses, prioriser certains services Web mieux rémunérateurs, j’en passe et des meilleurs.
    2 – c’est aussi l’occasion de mettre la pression sur les streameurs US & Co pour leur faire payer plus chers les accords de peering FR ou EU.

    Celui qui en parle le mieux : Stéphane Bortzmeyer,
    https://www.lemonde.fr/blog/binaire/2020/03/23/linternet-pendant-le-confinement/
    et surtout son blog incroyable
    https://www.bortzmeyer.org/

Les commentaires sont fermés.