Un Dimanche au Marché

Dimanche 17 février 2019

Rendez-vous est pris avec des amis de Susan dans un Marché qui propose bouffe à emporter ou ingurgiter sur place, fringues…
En fait, pour résumer, tout et n’importe quoi.
Un joyeux bordel, bruyant et bon enfant.

A l’entrée nous sommes accueillis par une production chinoise de machins électriques. Pas certain qu’ils soient autorisés sur la route.
Trois places riquiqui donc deux derrière. Prix affiché 4 400$. Tentés ?

De douces effluves de viande grillée, juste pour faire plaisir aux ultra-végans.Tiens donc, un clébard.Aux USA les chiens sont à la fois omniprésents, interdits quasiment partout et doivent impérativement être tenus en laisse. Cet endroit est un des rares où chien, foule bon enfant et bouffe se côtoient sans rechigner.Avec Susan nous attaquons le déjeuner par un Mimosa local, une variante qui mélange au jus d’orange une dose de jus d’ananas. Pas mal. Un second verre sera commandé car les crevettes ont vu le piment et les épices.
Sympa elles le font savoir.
Pour palier les effets pervers, le second Mimosa aura eu une fonction d’extincteur.

Il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte et, en chemin, nous avons croisé ce machin.Vu de derrière, ça rabote un peu le macadam.Désolé, vous ne verrez pas la crête de Huron (hurluberlu) du proprio.A mon avis, il vaut mieux ignorer le look du chauffeur et mesurer l’élégance du Château de la Carburation.
Un petit effort d’imagination : mettez-vous à la place du chauffeur et imaginez la vue vers l’avant une fois au volant du truc.
Je ne sais pas comment réagiraient les Pandores français en interceptant un tel attelage.

595(1)