Un Scandale Judiciaire

8 mai 2020

Le 7 mai 2020 l’administration de Pinocchio nous offre un spectacle lamentable en pleine crise sanitaire. Pinocchio et son criminel complice, le ministre de la justice Barr, montrent à nouveau leur répulsion pour l’éthique et promeuvent le déni de réalité. Voila de quoi il s’agit.

A partir de son élection, celui à l’époque pouvait, pour peu de temps encore, être nommé Donald Trump choisissait son équipe et préparait la transition. Trump est élu par le collège électoral grâce à une distorsion de la règle centrale de la démocratie : “Un homme / Une voix”. Trump avait obtenu 63 millions de suffrages, Clinton 66 millions. Dans un pays normal, elle était élue. Or la campagne présidentielle 2016 a été fortement perturbée par des interférences russes. Trump depuis le début a nié l’existence de telles interférences bien que celles-ci sont avérées. Pinocchio n’aura de cesse que de nier, contre toutes les évidences, ces interférences qui, de son point de vue, délégitiment son élection.

Afin de préparer la transition, il a choisi comme conseiller un militaire peu conventionnel dont la carrière n’aura pas laissé une trace irréprochable, Obama lui-même l’avait placé sur une voie de garage. C’est probablement pour cela qu’il a été choisi. Le général Flynn depuis sa mise au placard grenouillait avec les russes et les turcs en leur offrant des entrées et des informations sur la politique US. Pour rester dans la légalité, il se devait de déclarer ses activités tant aux services de sécurité et renseignements qu’à administration des impôts, ce qu’il a évidemment omis de faire.

Lors de la période de transition qui va de fin novembre 2016 à début janvier 2017, l’administration Obama sanctionne la Russie pour ses interférences lors de l’élection. Simultanément Obama transmet à l’équipe Trump les informations sensibles utiles pour la suite et en particulier tout ce qui concerne les activités russes sur le territoire US ainsi que l’ensemble des dossiers qui permettront de combattre une éventuelle pandémie.

Pendant ce temps, Flynn joue de sa double casquette d’agent russo-truc et de conseiller du président. Dès la passation de pouvoir, le directeur du FBI lance une vaste enquête pour mettre à jour les réseaux russes. Cette enquête met immédiatement en lumière les activités néfastes de Flynn qui, 24 jours après l’inauguration, se voit obligé de démissionner de son poste de conseiller. L’enquête sur les activités de Flynn le conduisent à une négociation avec les procureurs qui, contre un plaider coupable sur deux points mineurs du dossier, lui garantit ainsi qu’à son fils une immunité. Pour cette immunité il signe deux aveux, en anglais “Guilty Plea”. Afin que les procureurs acceptent ces aveux et l’immunité, Flynn doit collaborer. Cette collaboration avec l’accusation conduira Paul Manafort et Roger Stone, deux autres gangsters politique de l’orbite trumpienne, en prison. Après deux années de tergiversations et reports divers qui retardent le prononcé de la sentence, la nomination de Barr au ministère de la justice change significativement la donne. Barr se comporte en lèche-botte, en laquais de Pinocchio.

Ce qui devait arriver arriva. Avec Barr, le ministère de l’injustice abandonne les charges contre Flynn laissant le seul juge en charge du dossier de poursuivre l’action engagée. Les américains se faisaient un devoir de respecter la loi “The Rule of Law”, loi dont le ministère de la justice était le bras séculier. Avec Barr, le contraire est advenu, la justice est bafouée.

Tragiquement, le traître Flynn protégé par le couple corrompu Barr-Trump auront eu raison du rêve américain. Celui-ci est désormais parfaitement mort.

364(1)

Laisser un commentaire