Marché aux Puces

La nuit d’avant

Dimanche matin j’avais prévu une balade dans un des parcs du coin où se tient, une fois par an, un marché aux puces. Toutefois, la photo prise à 21:00, heure local, ne laissait présager rien de bon, des trombes d’eau. La nuit porte conseil affirme la sagesse populaire, alors j’ai laissé la nuit faire.

Dimanche matin

Voila le bandeau qui avait attiré mon attention, je m’y suis donc rendu.Le terrain où volent les modèles radio-commandés n’avait pas encore absorbé les torrents de la nuit.Les abords, un peu en hauteur, restaient praticables, les vendeurs s’y étaient installés.

En fait de marché aux puces, c’était du fifty-fifty, une moitié de particuliers vendeurs d’objets désormais sans intérêt, objets amassant la poussière sur étagère, l’autre moitié de vendeurs patentés proposant du neuf et des fins de série. On y trouvait du beau, du moins beau et même du moche.

En revanche, l’universel, dans ce genre de lieu est que le prix affiché reste une indication. Comme au souk, il est de bon ton de tester la flexibilité de l’offre. En ce qui concerne l’occasion, obtenir une remise de 40% sur le prix affiché est une règle non dite. Toutefois, à la différence du souk, un prix est affiché. Durant la négo, comme partout ailleurs, l’acheteur hurle son faible intérêt pour l’objet, le vendeur affiche un dégoût de se voir offrir si peu pour une pièce unique. Il serait si simple de pratiquer le NDS (No Dicker Sticker), je m’explique. En argot US un “Dick” est un pénis, l’expression “to dick someone over” signifie en politiquement correct “avoir des intentions peu avouables envers une personne”. Donc un prix NDS est le prix ferme attendu qui ne tolère pas la négociation, ce serait tellement plus simple.

Pas encore prêt à passer à l’acte en pratiquant l’art du “Combien tu me la vends ta vache”, je suis rentré à la maison le coffre vide.