Orange : une page se tourne

Benjamin Franklin affirmait que trois déménagements valent un incendie. Si le déménagement, je connais, j’ai la chance de ne pas avoir vécu un incendie. Alors je déménage.La preuve : une pièce à vivre transformée en zone de stockage.Et pour cette opération, Susan m’a proposé son aide. Elle est venue passer le mois d’avril à Orange. Ici, lors d’une pause, en grande discussion avec Carole, toutes deux profitent de la terrasse et du soleil.Pendant ce temps, une dernière plancha avec trois magrets de canard.Une plancha pour nourrir la famille affamée.
Et il y  a motif, tous participent au déménagement.Toutes les bonnes volontés furent requises, cela inclut les petits-enfants.Le jour J, D day en anglais, le camion de 30m3 sera efficacement chargé.Voilà le camion au moment de la fermeture des portes. A l’arrivée certains, pas forcément mal intentionnés, affirmeront que le camion a été chargé à la fourche. En ce qui concerne les derniers éléments, ce n’est pas totalement faux.

Le lendemain, le vendredi 3 mai 2019, Susan et moi prendrons la route et tourneront définitivement la page résidence principale à Orange. Si nous tournons la page Provence, nous nous préparos à en ouvrir une nouvelle, le retour à Nozay.

Ce fut une belle aventure humaine,
– j’ai découvert la Provence, ses natifs et ses envahisseurs nordiques, envahisseurs dont je fus,
une belle aventure climatique,
– si l’on exclut le Mistral, la météo est douce,
une belle aventure personnelle,
– en Provence j’aurais réalisé mon rêve de gosse, je suis devenu pilote.Sur le chemin, à Lyon, les estomacs criant famine, j’ai offert à Susan une parenthèse pseudo américaine. Le dimanche, une fois le camion presque vide, une dernière tournée pour livrer les derniers éléments promis ou empruntés. Lundi je rendrai de camion.J’ai quitté Orange et ses douces températures, j’ai retrouvé L’Île de France et ses frimas printaniers.Une flambée pour se réconcilier avec la vie. Pour nous reposer, Susan et moi retournons passer quelques semaines en Floride et nous préparer à vivre un été de SdF.

641(1)