GOOGLE se prend pour Tartuffe

17 janvier 2022

 

De tous temps, les USA promeuvent la liberté d’expression, liberté qu’elle soit artistique, philosophique, politique ou religieuse.

Or, à cause de ce dernier terme que le bat blesse, cela dit vous verrez plus loin que le bas lui aussi peut les blesser.

Un désastreux Tartuffe, le détestable William Hayes, aura formalisé ce qui est acceptable à l’écran et à la diffusion. En cela, la frontière entre pornographie, érotisme et sensualité, choix qui devrait être laissé au libre arbitre de chacun est désormais dans les mains des diffuseurs.

Par les trois clips présentés plus loin, j’espère mettre le nez de GOOGLE là où les odeurs deviennent peu tolérables.

From time immemorial, the USA promotes freedom of expression, whether artistic, philosophical, political or religious.

Now, because of this last term, religion, liberty of expression is shrunk and GOOGLE uses arbitrary rules to censor.

A disastrous Tartuffe, the detestable William Hayes, will have formalized what is acceptable on the screen and on the broadcast. In this respect, the border between pornography, eroticism and sensuality, a choice that should be left to the free will of everyone, is now in the hands of broadcasters.

By the three clips presented below, I hope to put the nose of GOOGLE where the odors become intolerable.

Deux remarques.

1- Sous couvert d’une vision artistique, la peinture corporelle, la nudité féminine est mise en valeur. Rien d’offensant, une certaine forme de beauté, on aime ou non, cela reste un choix personnel.

2- Le lien, lorsqu’il est exploité directement sur Youtube, la chaîne vidéo de GOOGLE, n’affiche pas cette ridicule page d’avertissement.

GOOGLE est coupable de double discours.

Two remarks.

1- Under the guise of an artistic vision, body painting, female nudity is highlighted. Nothing offensive, some form of beauty, we like it or not, it remains a personal choice.

2- The link, when operated directly on Youtube, the GOOGLE video channel, does not display this ridiculous warning page.

GOOGLE is guilty of double talk., 

Les deux clips suivants sont deux publications identiques d’une publicité qui met en valeur des bas nylon produits par une société du Midi de la France. La première est censurée par TarOOGLE, la seconde est l’originale de STUDIO KOSMO.

Et pour la beauté du geste, ces bas sont produits sur des machines quasi centanaires ainsi sauvées de la casse.

The following two clips are two publications of the same clip, an advertisement that highlights nylon stockings produced by a Midi company in France. The first version is censored by Double talk GOOGLE, the second is the original version from STUDIO KOSMO.

Not only the product is superb but the company, to produce the stockings, restored a set of almost one hundred years old knitting machines.

Dans cette version youtube, les censeurs de GOOGLE prennent la liberté de flouter ce qu’ils perçoivent d’osé, choquant. C’est le floutage qui est choquant.

In this youtube version, GOOGLE censors take the liberty of blurring what they perceive as bold, shocking. It is the blurring that is shocking.

Pour apprécier la version originale, cliquez sur le mot Censure en rouge dans la ligne ci-dessous.

To enjoy the original uncensored version, click on the Red word Censure below.

637(1)

Version Originale CENSURE par GOOGLE-Tartuffe