Middle Class / La Classe Moyenne

11 août 2021

Article paru dans USA TODAY le 10/08/2021 et transmis par l’ami Claude.
Texte original suivi par sa traduction en français.

Original published by USA TODAY on Aug 8 2021 and forwarded by my buddy Claude.


On the one hand, America is a place of extraordinary wealth… a place where billionaires travel in private jets and buy $10 million condos like most folks might buy a cup of coffee.

The global economy is working great for these people.

On the other hand, America is a land of extreme poverty and deeply desperate people. To these folks, the system is a disaster. America is the land of “haves” and “have nots.” Some have breathtaking abundance. Some have nothing.

Many people see this wealth gap as the biggest crisis facing America today. Although America is still the land of opportunity, many of its citizens are locked in a cycle of debt, dependency, and grim employment prospects. Many Americans can’t afford a simple $1,000 expense because their wages are too small, or their debts are too large to manage.Over the past 40 years, the world has changed for the better in many ways.

Medical advancements are helping us live longer and healthier lives.
The internet has given us access to more information than ever before.
Traveling has never been cheaper or faster.

However, the distribution of wealth in America has radically changed in ways that are causing extreme societal tensions. Decades ago, we were a country with relative wealth equality. To be sure, our national population has always featured a handful of super-rich. Names like Rockefeller, Getty, Vanderbilt, and Astor come to mind. At the other end of the spectrum, many generations of Americans have struggled to get by from paycheck to paycheck… or harvest to harvest.

But despite these two outliers, America always boasted a vast and robust middle class.
Today, the middle class is shrinking… and not in a good way. Millions of folks are sinking below the poverty line.

As this massive socioeconomic shift continues, a shrinking sliver of our population controls an ever-larger portion of our national wealth.In 1980, the richest 10% of Americans own about three quarters of all household wealth in the country. While at the same time, the bottom 50% owns just 1% of all household wealth. And when you get to the bottom 20% of American households, the facts are downright pitiful. The bottom 20% of American households has a negative net worth. This group’s average net worth is a negative $8,900. In other words, their credit card balances are larger than their savings accounts.

The shockingly large divide between America’s richest and poorest households has been growing larger, year after year…and it continued to do so last year, despite the COVID pandemic. According to Institute for Policy Studies analysis of Forbes data, the combined wealth of all U.S. billionaires soared by nearly 60% between March 18, 2020 and July 9, 2021, from approximately $2.9 trillion to $4.7 trillion.

Given America’s extreme wealth inequality, it’s no wonder that huge swaths of America’s cities are essentially slums… filled with millions of impoverished and desperate individuals and families. Meanwhile, a small group of wealthy people continue to live in beautiful, gated communities and accumulate a larger and larger share of the nation’s wealth every year.

I’ll say it again: I wish I could tell you this situation will be resolved soon. But it won’t. American politicians know almost nothing about the unseen force causing the problem. So they certainly won’t be able to cure a problem they cannot diagnose.


D’une part, l’Amérique est un lieu de richesse extraordinaire… un endroit où les milliardaires voyagent dans des jets privés et achètent des résidences de 10 millions de dollars comme la plupart des gens pourraient acheter une tasse de café.

L’économie mondiale fonctionne très bien pour ces gens.

D’un autre côté, l’Amérique est une terre d’extrême pauvreté et de gens désespérés. Pour ces gens, le système est un désastre. L’Amérique est le pays des « nantis » et des « démunis ».
Certains ont une abondance à couper le souffle. Certains n’ont rien. Beaucoup de gens voient cet écart de richesse comme la plus grande crise à laquelle l’Amérique fait face aujourd’hui.

Bien que l’Amérique soit toujours le pays des opportunités, beaucoup de ses citoyens sont enfermés dans un cycle d’endettement, de dépendance et de sombres perspectives d’emploi. Beaucoup d’Américains ne peuvent pas se permettre une simple dépense de 1000 $ parce que leurs salaires sont trop bas, ou leurs dettes sont trop importantes pour gérer ce type de dépenses.

Au cours des 40 dernières années, le monde a changé pour le mieux à bien des égards.
Les progrès médicaux nous aident à vivre plus longtemps et en meilleure santé.
Internet nous a donné accès à plus d’informations que jamais.
Voyager n’a jamais été moins cher ou plus rapide.

Cependant, la distribution de la richesse en Amérique a radicalement changé. Elles provoquent des tensions sociétales extrêmes. Il y a des décennies, les USA étaient un pays avec une relative égalité de la richesse. Cela dit, les US ont toujours hébergé une poignée de super-riches. Des noms comme Rockefeller, Getty, Vanderbilt et Astor me viennent à l’esprit.

À l’autre bout du spectre, de nombreuses générations d’Américains ont eu du mal à se débrouiller d’un chèque de paie à l’autre… ou faire la soudure d’une récolte à l’autre. Mais malgré ces deux aberrations, l’Amérique disposait d’une classe moyenne vaste et robuste. Aujourd’hui, la classe moyenne se rétrécit… et ce n’est pas dans le bon sens. Des millions de personnes sombrent sous le seuil de la pauvreté.

Alors que ce changement socioéconomique massif se poursuit, une partie de plus en plus petite de notre population contrôle une part toujours plus grande de notre richesse nationale. En 1980, les 10% les plus riches d’Américains possèdent environ les trois quarts de la richesse totale des ménages du pays. En même temps, les 50 % les plus pauvres ne possèdent que 1 % de la richesse totale des ménages.

Et quand on arrive aux 20% de ménages américains les plus pauvres, les faits sont carrément pitoyables. Les 20 % des ménages américains les plus pauvres ont une valeur nette négative. La valeur nette moyenne de ce groupe est négative de 8 900 $. Autrement dit, le solde de leurs cartes de crédit est plus élevé que celui de leurs comptes d’épargne.

Le fossé scandaleusement grand entre les ménages les plus riches et les plus pauvres des États-Unis s’est creusé, année après année… et il a continué de le faire l’an dernier, malgré la pandémie de COVID-19. Selon l’analyse des données de Forbes de l’Institute for Policy Studies, la richesse combinée de tous les milliardaires américains a grimpé de près de 60 % entre le 18 mars 2020 et le 9 juillet 2021, passant d’environ 2,9 billions de dollars à 4,7 billions de dollars.

Compte tenu de l’inégalité extrême de la richesse aux États-Unis, il n’est pas étonnant que des pans énormes des villes américaines soient essentiellement des bidonvilles… rempli de millions de personnes et de familles pauvres et désespérées. Pendant ce temps, un petit groupe de gens riches continuent de vivre dans de belles communautés fermées et accumulent une part de plus en plus grande de la richesse de la nation chaque année.

Je le répète, j’aimerais pouvoir vous dire que cette situation sera bientôt réglée. Mais ça n’arrivera pas. Les politiciens américains ne savent presque rien de la force invisible qui cause le problème. Ils ne pourront donc certainement pas guérir un problème qu’ils ne peuvent pas diagnostiquer.


239(1)